FAMILLE DE MONDENARD

17 septembre 2014

CREMPS AUX COULEURS DES MONTAGU-LOMAGNE - La 7e génération,

LA FIN DES MONTAGU-LOMAGNE ou la septième génération s’éteint à Paris en 1858

Armand, Jean, Flotard Comte de Montagu Lomagne naquit et fut baptisé le 12 juin 1787, il entra à l’Ecole militaire de Fontainebleau le 23 novembre 1806. Ci contre son extrait de baptême où figurent les noms des personnes présentes.

bapteme_Montagu_Lomagne

Caporal le 27 janvier 1807, Sous-Lieutenant au 5e Régiment de Cuirassiers le 19 février 1807, Lieutenant en 1809, Capitaine en 1810, à peine âgé de 23 ans, Chef d’Escadron le 20 janvier 1815. Il servit dans la Grande Armée pendant les campagnes de Pologne, d’Espagne, d’Allemagne et d’Autriche et sa belle conduite lui valut la Légion d’honneur, le 16 juin 1809

Son père Antoine était revenu d’émigration en l’an XIII. Amnistié, il eut néanmoins besoin d’un passeport; il en reçut un, daté du 20 août 1809, pour les seuls départements de l’Indre et de la Haute-Vienne où se trouvaient le château de Rhodes (commune de Mouhet) et ce qui restait des propriétés des Rochechouart-Pontville.

Le jeune Chef d’Escadron fit les campagnes de Russie et de France en 1812 et 1814. Il quitta l’armée pendant les Cent-Jours et ne reprit sa place qu’après le retour de Louis XVIII.

signature-Montagu-Lomagne-Chef-d-escadron

Il fut alors affecté au 1er Régiment de Cuirassiers de la Garde Royale dans lequel il servit 11 ans, comme chef d’Escadron d’abord, puis, à partir de 1823, avec le grade de Lieutenant-colonel. Le 19 avril 1826, il était promu Colonel et affecté au 8e Cuirassier en garnison à Vesoul. Son régiment fut passé en revue par Madame la Dauphine. Entre temps, il avait été fait Officier de la Légion d’honneur en 1821 et Chevalier de l’Ordre de St Louis en 1824. Lorsqu’éclata la Révolution de 1830 son régiment était en garnison à Sedan, il dépécha en hâte à St-Cloud, un de ses officiers pour demander au vieux roi Charles X, la permission de marcher sur Paris. Son messager arriva trop tard. Charles X était déjà parti pour Rambouillet et la Révolution triomphait à Paris.

Le Colonel du 8e Cuirassiers invoqua de graves problèmes de santé, avec certificats médicaux à l’appui. Il fut d'abord suspendu de son commandement, puis mis en réforme le 6 septembre 1830 et mis à la retraite par ordonnance royale du 22 janvier 1837.

 

Chapelle-chateau-rhodes1

Aspaïs de Montaigu-Lomagne, la jeune soeur du Colonel-comte, était morte au château de Rhodes en 1832, sans avoir été mariée. Par la suite ses parents, décédérent aussi au château de Rhodes, son père en 1842, sa mère en 1843. Il les inhuma dans la petite chapelle du château où reposait déja sa soeur. Leurs cendres furent transférées au XXe siècle dans une tombe aménagée dans le parc de Rhodes.

Après la mort de ses parents, il vendit toutes les propriétés qu’il avait en province et notamment le Château de Rhodes en 1846 à M. Leroy pour 295000 francs, ainsi que le domaine de Mondon en 1851 à M. Garnier. Il s’installa à Paris dans un très bel hôtel particulier, 8 rue Duphot, à côté du Manège. C’est aujourd’hui l’Hotel Burgundy, un palace de grande classe. Le Colonel-comte n’était pas marié non plus, mais il reconnut pour sa fille, l’enfant mis au monde à Saint-Germain-en-Laye le 12 juillet 1845 dont le nom de la mère ne fut pas déclaré mais qui s'avéra être celui de dame Parfaite de Rossi (Rossé?). Il lui donna son nom le 21 juillet: Armande, Jeanne, Angélique, Léonie, (Flotard) de Montagu-Lomagne fut sa fille unique.

Le Colonel Comte de Montagu-Lomagne est mort à Paris le 26 janvier 1858 laissant à sa fille une belle fortune. Il fut inhumé trois jours après au Cimetière Montmartre où il repose avec sa fille Armande et une partie de sa descendance.

Armande de Montagu-Lomagne fille unique du Colonel venant se recueillir sur sa tombe y rencontra un homme de loi de douze ans son aîné, Maître Emile Dumont, avoué près la Cour d’Appel de Paris qui sut la consoler. Ils se marièrent le 11 avril 1864.

Il était le fils d'Auguste, Alexandre, Félix Dumont , chef du secrétariat de la chambre des avoués de première instance de la Seine et de Athalie, Olympe Noël.

Armande donna trois enfants à Alexandre Émile Dumont. Elle est décédée la première à Paris, 20 rue Duperré le 18 Novembre 1902. il est décédé chez son gendre notaire à Machecoul le 16 février 1920, avant son fils Auguste, Chef de Bataillon d'Infanterie tué au front parmi les premiers le 29 aout 1914, mais ayant vu naître ses petits enfants dont plusieurs descendants subsistent au XXIe siècle.

Le dernier Comte de Montagu-Lomagne, descendant d’Isabeau de Cardaillac de St-Circq et de Louis de Montaigut fut ainsi le dernier représentant de sa branche.

Depuis la disparition des branches de Montaigut de Cremps et de Montagu-Lomagne,  le chef des noms et armes des différentes branches des Montagu du Quercy est le premier d'entre leurs cousins de Montagu de Mondenard.


10 juillet 2014

SEIGNEURS DE CREMPS & MONTCAVREL 6 HONNEURS DE LA COUR

LES HONNEURS DE LA COUR  ou la sixième génération des seigneurs de Cremps et de Montcavrel au service du roi.

 

Le_Palmier-74-canons

Jean-Charles, Henry de Montaigut, Baron de Cremps, parvint au grade d’Enseigne de Vaisseau.

Jean-Charles suivit l’Ecole de la Marine Royale. Avant de monter sur un vaisseau de haute mer, il prit les précautions d’usage et désigna son héritier. Son testament olographe, daté du 6 octobre 1774 à Brest, ne fut déposé que le 24 novembre 1776 aux minutes de maître Flock, notaire à Brest, lequel le fit insinuer le lendemain. Pour héritier universel, il choisit son oncle, Jean (-Pierre) de Montaigut, Chevalier de l’Ordre  militaire de St Louis, ancien Capitaine de Grenadiers au régiment de Bourbonnais, devenu Lieutenant Colonel d’infanterie à la retraite.

Jean-Charles fut nommé « Garde Marine » le 17 février 1778.  Il s’embarqua en avril de la même année sur « Le Duc de Bourgogne » avec le grade de « Garde du Pavillon ». Il navigua sur ce vaisseau jusqu’en octobre puis passa sur « Le Conquérant ». A partir de janvier 1780 il servit sur « Le Palmier » qui le conduisit aux Amériques.

Le 16 novembre 1780 il fut nommé « Enseigne des Vaisseaux du Roi ». Il revint sur « Le Languedoc » et « Le Palmier », vaisseau de 74 canons et retourna à Brest sur « L’Ardent ». Il retrouva son pays en janvier 1783. Nous reviendrons sur son histoire après avoir présenté le petit cousin et son protecteur, l’Abbé Flotard de Montaigut de Cremps.

 Pour son jeune cousin, l’année 1783 est particulièrement importante:

Antoine, Thérèse, Joseph de Montaigut, change de nom et devient, par la grâce du Roi, Comte de Montagu-Lomagne. La famille de Montaigut retrouvait, par la solidarité de la branche de Cremps avec celle de Montcavrel, le rang qu’avait eu autrefois leurs ancètres communs, les seigneurs de Montaigu prés d’Agen et d’Astaffort en Lomagne. (Maurice Onfroy, Montaigu-de-Quercy, 1986)

L’Abbé Flotard de Montaigut de Cremps avait obtenu en 1782 l’admission de son jeune protégé, comme Page, à la Grande Ecurie du Roi à Versailles. Elle était devenue effective le 21 janvier 1783. La même année il fut fait Sous-Lieutenant au Régiment de Lorraine-dragon. Par ses propres recherches généalogiques, accomplies depuis 1772 en collaboration avec Joseph de Montagu de Mondenard, Maréchal de Camp, Chevalier de l’Ordre de Saint-Louis, l’Abbé Flotard présenta à Chérin, généalogiste du Roi, les preuves nécessaires pour faire obtenir les « Honneurs de la Cour » à son protégé. Antoine de Montagu-Lomagne devint Comte. La Gazette de France écrit qu’il fut présenté à la Cour Royale sous le titre de Marquis de Montagu. Il put monter dans les carrosses de Leur Majestés et les suivre à la chasse, le 23 janvier 1783. Le lendemain, 24 janvier, l’Abbé Flotard de Montaigut acheta une grande maison dans le quartier des Chanoines, à côté de Notre-Dame de Paris pour en faire son hôtel particulier et celui de son protégé. Dès lors, il s’employa à le bien marier.

Revenons sur le parcours du bienfaiteur du jeune Comte:

L’Abbé Flotard de Montaigut de Cremps fut ordonné prêtre le 9 octobre 1742. Son frère Jean, Seigneur de Cremps, lui constitua à cette occasion un titre clérical de la somme annuelle de cent livres, et lui céda à cet effet un moulin avec son enclos sur la route d’Aujols.

Vicaire de la paroisse Saint-Sulpice à Paris, il habita rue de l’Université. En 1744, il reçut un nouveau bénéfice de son frère Jean à Touffailles, seigneurie qui avait appartenue à ses ancêtres au XVe siècle. En retour, Flotard fait les démarches pour que sa nièce Foy-Marie puisse entrer à l’Ecole de St-Cyr en 1745.

 

Cahors-16e-Pont-Valentré

Il fut nommé Abbé commendataire de l’abbaye royale St-Sauveur et St Rostrade d’Ardres sous le nom de Montaigu de Beaune. Il pensait à l’époque que les Montaigut de sa famille descendaient des Montaigu de Bourgogne. En effet une inscription dans ce sens avait été gravée sur la tombe de l’ancien évêque de Cahors, Sicart de Montaigut de Mondenard (1293-1300). Cette inscription, ajoutée en 1646, était erronée; Flotard l'ignorait. Elle lui permit cependant de se faire accueillir comme un cousin par la famille de Montaigu de Beaune, très puissante à la Cour de Versailles. Flotard devint Chanoine de Notre Dame de Paris en 1759, puis vicaire général de Metz, puis Abbé commandataire de Fémy au diocèse de Cambrai le 19 juin 1778. Louis XVI lui avait confié en 1788 la Présidence de l'Assemblée provinciale de Paris siégeant à Saint-Germain. Il fut élu Doyen du chapitre de N.D. de Paris en 1780. La vie très intéressante de cet Abbé, originaire du Quercy, qui sut si bien s’adapter à la vie de la Cour, mériterait que tout un livre lui soit consacré. L’hôtel particulier qu’il avait modernisé à grand frais a malheureusement été rasé au milieu du XIXe siècle; un immeuble pour les œuvres de la police parisienne a pris sa place au XXe siècle. 

LES SEIGNEURS DE CREMPS METTENT UN LION SUR LEUR BLASON ou comment Cremps prend les couleurs des Montagu-Lomagne.

Jean-Charles, Henry de Montaigut, seigneur de Cremps, une semaine après que son cousin fut admis à recevoir les Honneurs de la Cour, reprend la mer. Il embarque le 3 février 1783 sur le Vaisseau « La Surveillante » pour ne plus jamais revenir. Il se noie, le 23 août 1785, au large de l’Ile de France (ancien nom de l’Ile Maurice) en voulant passer à bord du Vaisseau « Le Brillant » .

Le 13 janvier 1786, sa mort est enfin connue des siens. Son oncle et héritier Jean (Pierre) de Montaigut devient à 69 ans le nouveau Baron de Cremps. Sous l’impulsion de l’Abbé Flotard de Montaigut toute l’énergie de la famille va se reporter sur le jeune Comte de Montagu-Lomagne.

Le transfert par testament: Jean (-Pierre) de Montaigut de Cremps, le Lieutenant colonel d’infanterie à la retraite fut fait, comme nous l’avons vu, légataire universel par son neveu Jean-Charles de Montaigut en 1776. C’est la même année, le 17 février, qu’il fut témoin devant Lescure, notaire royal apostolique, d’un acte par lequel la baronne de St-Cirq consentait 100 livres de pension viagère annuelle, à titre clérical, par hypothèque d’une pièce de terre au territoire de la Conque, à son fils Joseph de Bideran de St-Cirq. Ce petit cousin préparait au séminaire Saint-Louis un doctorat en Sorbonne et fut dès 1783, Chanoine de Moissac.

Après la mort de son neveu Jean-Charles, le lieutenant-colonel d’infanterie devient officiellement Baron de Cremps, le 13 janvier 1786. Entre temps, dès 1784, le jeune Comte de Montagu-Lomagne était devenu lieutenant au Régiment du Roi infanterie. Il sera Capitaine au même régiment en 1789.

L’Abbé Flotard, venu au château de Cremps, fit son testament le 18 mai 1786, devant maître Minihot, notaire à Cremps, en faveur de son parent et protégé le Comte Antoine, Thérèse Comte de Montagu Lomagne.

Le 13 juin 1786, Jean (-Pierre), le nouveau Baron de Cremps, donna procuration à son frère l’Abbé Flotard de Montaigut pour faire donation de tous ses biens à leur parent, le Comte de Montagu Lomagne en considération du mariage de ce cousin avec demoiselle Michelle, Marie, Constance de Rochechouart-Pontville. Il se réserve une somme de 24000 livres, garanties sur toutes ses propriétés y compris celles qu’il possédait en propre en Lomagne. (A.D. Lot B 326). Par ce dernier acte, le nouveau Baron de Cremps, n’est plus qu’usufruitier du château et des terres de Cremps, le Comte de Montagu-Lomagne en devient le nu-propriétaire.

Louis XVI signe le contrat de mariage de l'héritier de Cremps

blason-Rochechouart-Pontville

Le contrat de mariage entre Antoine de Montagu-Lomagne et Michelle, Marie, Constance de Rochecouart-Pontville fut signé à Versailles de leurs majestés et de la famille royale le 20 août 1786. La mariée était la fille de feu Louis-François Victor de Rochechouart-Pontville et de Marie Victoire Boucher, Dame de la Vicomté de Bridiers. Les jeunes mariés avaient leurs appartements dans la maison canoniale de l’abbé Flotard de Montaigut. La  Comtesse de Montagu-Lomagne fut invitée à la Cour le 20 janvier 1788, seize mois après la naissance de son fils Armand, Jean, Flotard de Montagu-Lomagne (12 juin 1787), qui reçut les prénoms des deux bienfaiteurs de son père. Plus tard, le 5 octobre 1788, naquit à Paris une fille; elle fut prénommée Aspaïs, Henriette, Flotarde.

 

Blason-Montagu-Lomagne

Un nouveau blason: Les Montagu Lomagne portaient des armes où le Lion des Lomagne voisinait avec les couleurs des Montaigut: « Ecartelé au 1 et 4 d’Argent et d’Azur qui sont de Montaigut, au 2 et 3 de Gueules au Lion d’Argent qui est de Lomagne. »

30 juin 2014

BLASONS DES ALESPÉES DE NÉRAC

BLASON DE JOSEF L'ESPÉE, ÉCUYER, ENREGISTRÉ PAR CHARLES D'HOZIER EN 1696

(Grand Armorial de France, Guyenne, page 759)

P1090280

Nous n'avons pas le blason des Alespée (ou Lespée) de Nérac du temps de Marianne. Il était probablement visible au Chateau de Lagrange-Monrepos, mais comme cette propriété fut ensuite cédée en 1615 aux Jausselin de Brassay, les armes des Alespée disparurent. Le Blason déposé en 1696 près d'un siècle plus tard par Josef l'Espée  fait apparaître l'alliance des deux familles qui eut lieu peu avant 1616: d'Alespée d'une part et de la Brunetière d'autre part.

Coupé au 1 d'Alespée et au 2 de La Brunetière ou autrement: Coupé au 1 d'azur aux deux épées d'argent passées en sautoir, surmontées d'un croissant  accosté de deux étoiles du même et au 2 d'hermine aux trois chevrons de gueules.

Nous possédons ainsi la description des armes des Alespée avant le mariage de Jean Alespée avec Thècle de La Brunetière.

Jean-Alespéee-Nérac-azur-epees-argent-sautoir

Si nous remontons dans le temps il faut admettre que les armes des Alespée se distinguaient par leur simplicité: d'Azur aux deux épées d'argent passées en sautoir

croissant, accosté de deux étoiles du même

xxxxxxx Puis Jean Alespée avec ses fonctions de Conseiller auditeur à la Chambre des comptes du royaume de Navarre en 1566 et ensuite de Chancelier du royaume de Navarre, enrichit ses armes d'origine qui furent surmontées d'un croissant, accosté de deux étoiles.

Tecle-Alespee-1769

Après 1696, apparait un nouveau blason dérivé des précédents. Il s'en distingue par l'email de gueules qui remplace l'azur et par le nombre d'étoiles, tout en soulignant la continuité familiale avec les épées d'argent passées en sautoir. Il fut porté par Tècle Alespée de Castelviel, épouse en août 1769 de Joseph de Mondenard, chevalier, cadet des seigneurs de Bière et descendant des Barons de Montagu de Mondenard.  Le sceau personnel de Técle Alespée montre à gauche la description de cette version plus tardive des armes des Alespée.

De gueules aux deux épées d'argent passées en sautoir cantonnées de quatre étoiles du même 

Photo M. de Mondenard, 2011 DR.

voir la page sur --> Marianne ALESPÉE

 

LES SIMILITUDES ENTRE LES ARMES DES ALESPÉE DE LIGNIÈRES ET CELLES DES BONNEL

Parmi les nombreux blasons de différentes familles  nommées BONNEL ou de BONNEL dont certains figurent un bonnet, il en est une seule de l'Armorial de Charles d'Hozier qui porte des armes très proches de celles des LIGNIÈRES: même fourrure le vair, même champ d'or sur lequel évolue un lion de gueules.

Bonnel-Pierre-Robert

Dans "La Saga des Alespée" de Didier Hallepée est présenté le blason de Lignières (1696) qui est décrit comme étant celui de Donatien Alespée de Lignières, autre fils de Marianne Alespée. Un écuyer de Lignières fait enregistrer son blason en 1696. Le blason se trouve page 52 de La Saga: D'or au chef de vair, au lion de gueules, couronné d'or, brochant sur le tout. Or le blason de Pierre-Robert Bonnel, contrôleur général des Domaines figure dans l'Armorial de Charles d'Hozier, recueil de Paris, page 1552: Coupé au 1 d'or au lion léopardé de gueules, au 2 vairé d'azur et d'argent. Ainsi une similitude apparait entre les deux blasons des familles Alespée de Lignières et Bonnel; simple coincidence ? Peu probable si on remarque une autre similitude, celle des prénoms (Pierre et Robert) communs avec ceux d'une des branches de la famille Alespée. Cette similitude n'a pas été notée par Gaston de Lagrange-Ferrègues, dans son article intitulé "Nérac Réfutation Marianne Alespée" (Revue de l'Agenais, janvier-mars 1958). pourtant elle va dans le sens de sa démonstration.

Michel de Mondenard- 30 juin 2014.

20 juin 2014

SEIGNEURS DE CREMPS ET MONTCAVREL 5 - LE TEMPS DES DRAMES

LA CINQUIÈME GÉNÉRATION RUDEMENT FRAPPÉE.  

LE CHÂTEAU DE CREMPS DEVIENT RÉSIDENCE PRINCIPALE, LA BRANCHE DE MONTCAVREL FRAGILISÉE

Jean de Montaigut, Chevalier, Baron de Cremps, Seigneur de Bonnac et de St Clément se maria le 27 juin 1737 devant maître Craissac, notaire à Cahors. Il épousa mademoiselle Madeleine de Laporte, fille de Jean de Laporte, chevalier, seigneur de Larnagol et de Foy-Marie LeBlanc de St-Fleurien. Charles son père, lui avait fait aménager le château de Cremps afin qu’il puisse s’y installer avec sa jeune épouse. Charles gardait pour lui le château de Bonnac. Jean accueillit au château de Cremps ses frères et sœurs, qui ne lui ménagèrent pas leur appui.

 

Demoiselles-de-Saint-Cyr

La demoiselle de Cremps admise à l’Ecole de St-Cyr: Jean et Madeleine eurent quatre enfants: Marie-Foy, née le 7 octobre 1738, Jean-Charles, Marie-Jeanne-Innocente et Marie-Françoise. L’aînée fut admise, en 1745, à l’Ecole de St-Cyr créée par Louis XIV à la demande de Madame de Maintenon. (Carrés d’Hozier 442 pages 149 à 248). L'entrée à l'école se faisait entre 7 et 12 ans, la scolarité pouvait durer jusqu'à 20 ans, voir oeuvre de Bonnard). Mary-Foy semble y avoir fait un bref passage.

Les registres paroissiaux  indiquent que Françoise serait née en 1743 puisque son acte de sépulture  mentionne son décès à 13 ans le 17 mars 1756. L’acte de baptême de Foy-Sainte du 2 novembre 1750 en l’Eglise de Cremps mentionne sa naissance le 30 octobre 1750. Sa marraine était sa sœur Marie-Foy âgée de 12 ans. L’une de ces jeunes filles serait décédée des suites d’une chute de cheval. Il aurait été effrayé par le moulin de la route d’Aujols ? Les deux dernières décédèrent alors qu’elles étaient encore jeunes. Nous ignorons si leur mort résulte de l’absorption de champignons vénéneux, comme la tradition orale inclinerait à le penser.

Jean-Charles, l'unique fils, s’engagea dans la Marine Royale, c’est lui qui représenta plus tard la sixième génération avec son jeune cousin de Montcavrel.

La cinquième génération, côté cousin de Montcavrel, se marie aussi:

Jean-Pierre de Montaigut, seigneur de Loubéjac et Montcavrel, né vers 1719, épousa par contrat du 4 février 1750, dans le château du Salabel paroisse de Montlauzun, demoiselle Anne-Françoise de Domergue de Lagrange, fille de feu messire François/Pierre de Domergue, Seigneur de Montcassin et de Dame Thérèse de Darnis. (A.D. Lot, B 402)

Un drame à Tréjouls: Jean-Pierre mourut subitement, en plein champ, à proximité de son domaine de Pigot, paroisse de Tréjouls. Il avait quarante ans environ, laissant un fils unique, né le 16 novembre 1756.

Peu après sa mort, le 19 août 1760, il fut fait un inventaire de ses biens en présence de Messire Antoine de Montaigut son père, devenu tuteur de son unique petit fils Antoine, Thérèse, Joseph de Montaigut.

Les deux héritiers: L’avenir de la lignée des seigneurs de Montaigut tant à Cremps qu'à Montcavrel (A.D. Lot, C 214) reposait fragilement sur un jeune marin et un petit orphelin de 4 ans. L’Abbé Flotard de Montaigut de Cremps allait à nouveau mettre tout en œuvre, comme il l’avait fait avec sa nièce Foy-Marie, pour que le jeune orphelin puisse suivre les meilleures études et  hisser son nom à la Cour du Roi à Versailles.

19 juin 2014

SEIGNEURS DE CREMPS ET DE MONTCAVREL 4 - AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE

DOUZE NAISSANCES de 1714 à 1725 ou la quatrième génération des barons de Cremps et des seigneurs de Montcavrel s'amplifie. Les deux cousins issus de germain Charles à Cremps et Antoine à Montcavrel multiplient leurs descendances.

Charles de Montagut, chevalier, baron de Cremps, seigneur de Gaudusson et Bonnac naquit et fut baptisé le 12 mai 1681 à St-Vincent d’Anglan. Il avait épousé par contrat, le 8 juin 1711, devant maître Tersidre notaire royal, Marie de La Roche-Chassincourt d’une très ancienne noblesse du bourbonnais, fille d’Hector, seigneur de Chassincourt, Laval en Berry et de Mirabel en Quercy et de Marie de Roussel d’Almont. La bénédiction nuptiale eut lieu à St-Martin d’Antéjac par le curé de Cremps, le 25 novembre 1711. (Abbé Galabert, Réalville, bastide royale, Ed.1898, page 78)

castelnau-montratier-couverts

 

Six fils, trois filles: Marie de La Roche-Chassincourt lui donna neuf enfants: Jean-Charles, Jean né le 28 octobre 1714 à St Clément de Cezac, Jeanne, Jean-Pierre né le 25 octobre 1717, Flottard né le 3 avril 1720, Charles né le 25 avril 1721, Françoise-Jacquette née le 4 août 1722, Jean-le-jeune né le 4 octobre 1723, Marie-Charlotte née le 23 janvier 1725.

Marie de La Roche-Chassincourt testa et mourut au château de Bonnac, le 8 septembre 1726. (Le château de Bonnac est à seulement 11 km de Castelnau-Montratier)

En 1723, noble Charles de Montaigut, fils d’autre Charles, seigneur de Cremps, est parrain d’un petit Jouglas de Montaigu de La Molayrette. (registre paroissial de Cremps). Le Chanoine Albe en déduit hâtivement le lieu d’origine des Montaigut de Cremps et commet une erreur.

Charles de Montagut fit un hommage de rentes pour le fief de Pradas et Lartigue le 9 avril 1731 (Arch. nat. P835 XXVII). En 1732 il gagne un procès contre la communauté de Mirabel. En 1736, il donna délégation à noble Jean Malaret de Lacoste, son gendre pour le recouvrement d’une somme de cent livres. (maître Minihot)

Le seigneur de Cremps fit son testament le 4 septembre 1736 au château de Bonnac devant maître Minhot, son notaire (A.D. Lot B.257 f°2v°). Il y est mort, le 24 du même mois, âgé de 56 ans.

Le cousin issu de germain: A la même époque Antoine de Montaigut, chevalier, seigneur de Loubéjac et de Montcavrel épousa par contrat du 1 novembre 1716, devant maître de Cazes, notaire à Sérignac, mademoiselle Anne de Bécave, fille de feu messire Antoine de Bécave, seigneur de Sérignac et de Concots et de noble Dame Catherine de Ferran. La bénédiction nuptiale leur fut donnée dans l’église de Sérignac le 25 novembre 1716.

Ils eurent trois enfants: Jean-Pierre né vers 1719 qui continua la descendance, Françoise née vers 1720 et Anne née le 2 juin 1723 à Tréjouls. Antoine fit un hommage au roi le 4 septembre 1724, comme seigneur de Loubéjac et Montcabrel. (Arch. nat. P549/2 LXX).

Son fils le représente lors d’un voyage qu'il fit en 1747-50 ( A.D. Lot. B 402)

Les A.D.du T.&G. possèdent une lettre de lui, adressée le 15 février 1762 à son notaire, maître Gout de Lauzerte (II J 483). Il devait avoir alors, plus de 85 ans. Anne de Bécave testa le 18 septembre 1761 et mourut le 27 janvier 1767.

Les héritiers du seigneur de Cremps : parmi les douze cousins de la cinquième génération, trois semblent avoir joué un rôle plus important que les autres. Il s’agit de Jean le Châtelain de Cremps, Jean (-Pierre) l’officier d’infanterie qui fut à son tour châtelain de Cremps et Flotard, l’Abbé de Notre-Dame de Paris. Leur histoire sera reprise séparément.

- Jean-Charles, fut tué en duel en 1734. Il est cité au testament de son père où il est dit « fils aîné ».

- Jean, devint « l’aîné » et continua la lignée des seigneurs de Cremps.(nous le retrouverons plus loin avec sa descendance).

- Jeanne de Montaigut épousa par contrat du 29 décembre 1733, noble Jean de Mallaret, seigneur de La Barthe, fils de noble François de Mallaret de Lacoste, Capitaine des milices et de Gabrielle d’Andrieu de Foulongue. Elle mourut à Almont prés de Réalville le 14 octobre 1777 étant veuve depuis 1740. Ils eurent deux enfants. Leur fille Anne donna une descendance à noble Raymond de Fraïsse de la Condamine. Ils vécurent à Cremps. (Mireille Benejeam, Quercy Recherche n°49/50, 1983, 16-69)

- Jean (-Pierre), né le 25 octobre 1717 fut Lieutenant colonel d’infanterie.( il joua un rôle important et nous en reparlerons)

- Flotard, né le 3 avril 1720, fut prêtre, Abbé d'Andrès, puis Doyen de Notre-Dame de Paris (une personnalité influente à la cour du roi de France, à découvrir plus loin).

- Charles de Montaigut né le 25 avril 1721, était mort avant 1736.

- Françoise-Jacquette, née le 4 août 1722 fut religieuse, Chanoinesse de St-Augustin à St-Gery de Cahors.(A.D. Lot, B 1218)

- Jean de Montaigut le jeune, né le 4 octobre 1723, était appelé Monsieur de St Clément. « Comme le dit Jean est entièrement sourd et incapable de gérer ses biens et affaires »  déclare son père dans son testament de 1736 « qu’il soit nourri et entretenu dans sa maison suivant sa condition, par son aîné ». Jean de Montaigut vivait encore en 1786.

- Marie-Charlotte née le 23 janvier 1725, religieuse Chanoinesse à St-Gery à Cahors. Elle vécut à Cahors après la Révolution et testa en 1806 en faveur de Monsieur de Bideran de St-Circq.(notaire:Labé ou Labre). Joseph de Bideran était prêtre réfractaire, il est mort en 1813, ses héritiers furent les enfants de sa sœur, madame de Jeauffreau.

- Jean-Pierre de Montaigut, qui continua la lignée des seigneurs de Loubéjac et de Montcavrel, né vers 1719.( C'est par lui que le nom de Montagu-Lomagne sera relevé)

- Françoise, née vers 1720 est restée célibataire. Elle est décédée à Tréjouls le 25 février 1773 âgée de 53 ans.

- Anne, née le 2 juin 1723 épousa messire Gabriel Maffre du Cruzel. Elle mourut à Tréjouls le 30 Thermidor an XIII (18 novembre 1805) âgée de 83 ans.


30 mai 2014

ERREURS DE PATERNITÉ - QUAND LES NOMS DES AUTEURS NE SONT PAS LES BONS

LES PÉRIODES RÉVOLUTIONNAIRE ET NAPOLÉONNIENNE RENDIRENT PRUDENTS LES AUTEURS ROYALISTES ÉMIGRÉS EN ANGLETERRE OÙ AILLEURS. C'EST AINSI QUE JEAN DE SAINT-SARDOS, MARQUIS DE MONDENARD ET ARNAUD DE MONDENARD DE ROQUELAURE, AUSSI MARQUIS SE DISPENSÈRENT D'ÉCRIRE LEUR NOM SUR LA PREMIÈRE ÉDITION DE LEURS LIVRES RESPECTIFS.

JEAN DE SAINT-SARDOS, MARQUIS DE MONDENARD AVAIT PUBLIÉ EN L'AN X (1802) UNE OEUVRE D'ÉCONOMIE POLITIQUE EN TROIS TOMES BROCHÉS, QU'IL RÉÉDITA PLUS TARD AVEC UNE RELIURE SURLAQUELLE FIGURE UN NOM D'AUTEUR ÉQUIVOQUE:  "MARQUIS DE MONTAGU DE MONDENARD".  OR JEAN DE SAINT-SARDOS N'APPARTENAIT PAS À LA VIEILLE FAMILLE DE MONTAGU DE MONDENARD, ET IL AVAIT PRESQUE TROIS ANS QUAND SON PÈRE, PIERRE DE SAINT-SARDOS, REÇUT SES LETTRES D'ANOBLISSEMENT. IL AVAIT SEIZE ANS QUAND SON PÈRE PIERRE DE SAINT-SARDOS, SEIGNEUR DE LA BOISSONNADE ACHETA LE CHÂTEAU ET LA BARONNIE DE MONDENARD. 

LE NOM DE "MONTAGU DE MONDENARD" RAJOUTÉ SUR LA RELIURE ALLAIT PERTURBER LES BIOGRAPHES ET LES HISTORIENS ET LES ENTRAÎNER DANS DES ERREURS À RÉPÉTITION. 

P1090006Jean de Saint-Sardos (né le 20 juin 1761 et décédé le 17 février 1823) est le véritable auteur de cette oeuvre en trois tomes: Considérations sur l'organisation sociale... , comme il est possible de le vérifier son patronyme n'apparait pas sur la page de garde, en revanche un autre nom, celui de Marquis de Montagu de Mondenard est imprimé sur le dos relié de chacun des trois tomes. 

Aux assemblées de la Noblesse à Toulouse et à Cahors en 1789, son nom et son titre officiels sont "Jean de Saint-Sardos, Marquis de Mondenard". L'ajout erroné du nom de Montagu sur la couverture du livre a créé la confusion.

Jean de Mondenard's real name was Jean de Saint-Sardos, Marquis de Mondenard. He was born in Castelsarrasin on 1761 June 20. He went into exile to England during the French Revolution and published under the family name of Montagu de Mondenard, the name of the family who had not gone into exile but remained in the Aquitaine. He later returned to France and settled in Paris where he died on 1823 Feb. 7. [Information provided by Michel de Mondenard, Jan. 2005].

LORS DE LA RESTAURATION ROYALISTE CERTAINES OEUVRES NON SIGNÉES FURENT ATTRIBUÉES À JEAN DE SAINT-SARDOS, MARQUIS DE MONDENARD, MAIS IL NE LES A PAS TOUTES ÉCRITES. 

Au début du XIXe siècle la période est troublée, les royalistes et notamment ceux qui ont émigré se font discrets quand ils reviennent en France. Publier un livre en indiquant le nom de l'auteur est prendre un risque pour sa vie ou pour sa liberté. Plusieurs livres sortirent sans nom d'auteur qui se révélèrent plus tard avoir été écrits soit par Jean de Saint-Sardos, Marquis de Mondenard, soit par Arnaud de Mondenard de Roquelaure, lui aussi Marquis mais descendant réellement des Montagu.

Ces deux écrivains avaient émigré en Angleterre et ont ensuite publié. La critique littéraire s'est trompée sur les deux. Bien plus tard dans le même siècle il y eut deux autres écrivains: Adolphe de Mondenard, député du Lot et Garonne sous la 3e République qui écrivit de nombreux livres tant sur la viticulture que sur l'histoire de France. Il y eut également Jean-Pierre Laforgue-Mondenard, (mari de Virginie de Montagu de Mondenard) qui publia aussi. Ces deux auteurs ont signé leurs oeuvres car l'époque s'y prêtait, pas d'erreurs possibles sur leurs identités respectives.

Le premier des deux dont nous parlerons est Arnaud de Mondenard de Roquelaure, descendant légitime des Montagu de Mondenard, né le 10 juillet 1767, capitaine de Vaisseau, titulaire de la Croix de Saint-Louis et Marquis pour services rendus auprès du Comte d'Hector commandant de La Marine Royale pendant l'émigration. Arnaud eut son château de La Passonne (dans les vignobles de Cadillac) et ses biens saisis et vendus alors qu'il était émigré. Rentré en France, il devint Secrétaire général de la Mairie de Bordeaux et complota pour établir les conditions du retour de la royauté. La ville de Bordeaux fut la première ville de France à se donner aux Bourbons et à chasser les Bonapartistes en mars 1814.

Le deuxiéme est Jean de Saint-Sardos, Marquis de Mondenard, il a participé aux États généraux de la noblesse à Toulouse et à Cahors en 1789. Il a aussi émigré en Angleterre où il a travaillé à la rédaction d'un ouvrage d'économie politique en trois tomes. "Considérations sur l'organisation sociale... Cet ouvrage est imprimé sans nom d'auteur en 1802 à Paris. C'est bien plus tard quand Napoléon autorisa les royalistes à rentrer en France que fut ajouté sur la couverture relièée de son livre le nom de Marquis de Montagu de Mondenard.

Tous les deux ont "Mondenard" dans leur nom, mais ils ne sont pas de la même famille. Arnaud est un descendant de la très ancienne famille de Montagu de Mondenard; Mondenard est bien son nom de famille dès le XIIe siècle. Pour Jean de Saint-Sardos, Mondenard n'est pas son patronyme, mais un titre nobiliaire qui lui vient du nom de la terre achetée par son père.

Le premier à publier fut Jean de Saint-Sardos en 1802, avec les "Considérations sur l'organisation sociale.." sans nom d'auteur. Le second, Arnaud de Mondenard de Roquelaure publia en 1810 "Le Boston.." sans nom d'auteur non plus. Quelques années plus tard on ne parle que du Marquis (de Montagu) de Mondenard et on lui attribue la paternité des deux oeuvres.

L'ajout non légitime du nom de Montagu crée la confusion. Il est fort possible qu'il s'agisse d'une initiative  incongrue de l'éditeur Migneret.  Malheureusement beaucoup de biographes se copiant les uns les autres ont propagé cette erreur après la mort de l'auteur le 17 février 1923. Par ailleurs certains d'entre eux ont inventé une date de naissance en 1755, que d'autres auteurs ont copié allègrement sans vérification; or les registres de Castelsarrasin indiquent qu'il y est né le 20 juin 1761. 

La confusion se poursuit après la Restauration

Jean de Saint-Sardos avait continué à publier par la suite sans son nom, il se présentait même après la Restauration royaliste avec une périphrase: "l'auteur des Considérations sur l'organisation...", pourtant il ne risquait plus d'être emprisonné ou inquiété après juin 1814.

Considerations-aout1814

Moyens de remédier aux inconvénients du budget proposé par le Ministre des finances par l'auteur des considérations sur l'organisation sociale imprimée en 1802 chez Migneret. A Paris, Michaud Août 1814 - Bibliothèque royale

 

Considerations-Dentu-janvier1816

Des finances de France et du budget, proposé pour 1816 avec un projet de loi pour un meilleur établissement financier Par l'auteur des Considérations sur l'organisation sociale imprimées à Paris, chez Migneret en 1802. Paris Dentu janvier 1816 - Bibliothèque Impériale

 

Considerations-1917

Examen du budget proposé par le Ministre des finances pour l'année 1817 Par l'auteur des Considérations sur l'organisation sociale, imprimées à Paris chez Migneret en 1802 Paris Dentu février 1817

considerations-juillet1819

Dialogue entre un militaire et un député ou petit catéchisme politique Par l'auteur des Considérations sur l'organisation sociale, imprimées à Paris en 1802 Paris Juillet 1819 Bibliothèque impériale.

Jean de Saint-Sardos encore en 1819 ne donne pas son vrai nom à ses lecteurs. Il a déja vendu la terre et le château de Mondenard en 1812 au Baron Chazal pour acheter la seigneurie des Bourbons-Malause, tout en conservant le titre de Marquis de Mondenard parlequel il était connu.

Jean de Saint-Sardos disparait en février 1823 sans postérité mais avec une héritière, sa soeur épouse du Sieur Mieulet de Larivière qui transmettra ses biens à ses enfants. La chronique nécrologique de Jean de Saint-Sardos est établie par Mahul puis par Guerrard. C'est avec ces auteurs que s'amplifie la confusion: Jean de Saint-Sardos porte grâce à eux le nom de "Montagu" qui ne lui correspond pas.

Arnaud-le-boston-1810

Arnaud de Mondenard de Roquelaure a été dépossédé de son oeuvre "Le Boston, poème didactique en deux chants ". Hoeffer dans son dictionnaire l'attribue à Jean de Saint-Sardos. Pourtant il suffisait de lire la première page pour voir que l'auteur était né à Barsac dans le Sauternais et que son éditeur était Bordelais.

Arnaud de Mondenard ignorait probablement ces méprises parisiennes quand il est mort à Bordeaux en 1839.

Bien plus tard en 1862, Prosper Gragnon Lacoste, érudit Bordelais, gendre d'Etienne de Mondenard, publia une nouvelle édition du livre d'Arnaud "Le Boston" accompagné d'une biographie de l'auteur. Cette entreprise aurait pu permettre aux biographes de rectifier l'erreur dans leurs publications futures. Il n'en fut rien; même le catalogue imprimé de la Bibliothèque Nationale reproduit l'erreur.

Gragnon-lacoste-le-boston-1862

 

Gragon Lacoste prit même le soin de choisir un éditeur parisien. C'était une louable intention, mais qui arriva trop tard. Les auteurs de dictionnaires et de biographies avaient déjà répandu leurs erreurs. 

La confusion entre les auteurs des deux familles s'est propagée par la suite, puisque aujourd'hui encore au XXIe siècle certains attribuent à Adolphe de Mondenard, né en 1839 et député du Lot et Garonne sous la 3e République, la paternité du Dialogue entre un militaire et un député écrit et publié en 1819 par Jean de Saint-Sardos (vingt ans avant la naissance d'Adolphe).

Il est malheureusement trop tard pour mettre des errata dans tous les livres qui ont propagé ces erreurs, mais de grâce espérons que les auteurs contemporains seront plus vigilants que leurs prédécesseurs. Ils sauront ne plus associer les noms de Saint-Sardods et de Montagu. Ils sauront que Le Boston est une oeuvre d'Arnaud de Mondenard de la branche de Roquelaure et que toutes les oeuvres anonymes écrites par "l'auteur des Considéearions..." sont à attribuer à l'un des Marquis de Mondenard, Jean de Saint-Sardos.

Des bases de données récentes diffusent malheureusement cette erreur.

12 mars 2014

USURPATEUR DU NOM DE MONDENARD, TRISTE ÉPILOGUE

BEAUCOUP DE PERSONNES PORTENT LE NOM DE CAZES, UN SEUL L'A FAIT SUIVRE PAR CELUI DE MONDENARD.

Le 22 Octobre 1917 naissait à Remiremont dans les Vosges dans la famille de Guillaume CAZES et de Marie-Claire FEBVAY, un nouveau-né de sexe masculin qui fut prénommé André et reçut aussi les prénoms de Charles et Amédée.

Cet enfant grandit, fit des études, se construisit un avenir. Il fit ses études à Épinal où  son père dirigeait une agence bancaire. L'État civil de ses deux mariages sont identiques à celui de sa naissance: André CAZES se marie en deuxieme noces avec Paulette ESCOT le 1er décembre 1970.

GAZES_de_MONDENARD___ANDR2_1946Cependant dès mai 1945, il utilise joint à son patronyme de naissance un nom à particule " CAZE de MONDENARD". Il avait probablement découvert en feuilletant les pages d'un annuaire qu'il existait une commune du nom de CAZES-MONDENARD et comme il cherchait à faire carrière dans le personnel des ambassades pour devenir diplomate, il avait trouvé intéressant de se parer d'un nom supposé plus valorisant parmi les ambassadeurs. Il apparait dans l'annuaire des ambassades à partir de 1945 à Paris, puis à New York en 1949 avec le titre et le nom de Comte Caze de Mondenard. Il avait profité des turbulences de l'administration en 1944-45 pour modifier illégalement son nom. Le journal officiel du 2 mai 1945 nous apprend qu'il a été nommé Attaché d'Ambassade sous le nom de GAZES de MONDENARD (sic).

Qu'il ait renoncé volontairement à la carrière diplomatique aux USA, ou que sa hiérarchie l'y ait contraint,.. il change d'orientation et se lance dans la fabrication et la diffusion de produits vétérinaires en s'installant à Lens-Lestang dans la Drome.

Chateau-de-la-Saone-Lens-Lestang Château de la Saône à Lens-Lestang au début du XXe siècle.

En 1972, il communique le décès de sa mère dans le "Carnet du Figaro" en la nommant Madame Veuve Caze de MONDENARD. En 1974, selon l'annuaire des téléphones de la Drome, on peut le joindre en demandant le 11 à Lens-Lestang, il y figure sous le nom de "CAZE de MONDENARD, Cte A.". Puis il semble qu'il cherche à se faire plus discret, l'intitulé a changé, il s'est  transformé en "CAZE de MONDENARD Ctesse A." puis "CAZE de MONDENARD Paulette". En 1975 une lettre circulaire imprimée datée du 12 septembre émanant du Laboratoire TECHNA et adressée aux médecins vétérinaires est signée par M. Jean BOIRON PDG et André CAZE de MONDENARD, Directeur gérant. Le Laboratoire Techna ne lui appartient plus. Il cherche à obtenir des aides de l'État par l'intermédiaire du service AGI de la Chambre de Commerce et d'Industrie.

MONSIEUR LE PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE DE VALENCE INTERVIENT

Jean de MONDENARD s'inquiète; non seulement André CAZES, mais sa femme et sa fille se font appeler Caze de Mondenard. Il signale cette anomalie par écrit au Procureur de la République du département de la Drôme et lui demande son intervention pour la protection de l'état-civil des citoyens français. La lettre écrite en mai 1981 aura une réponse à la forme plutôt inattendue près d'un an plus tard, puisque ce sont deux motards de la gendarmerie qui vinrent lui remettre à son domicile un pli du Procureur de la République indiquant que Madame Cazes et sa fille s'étaient engagées à ne plus utliser d'autre nom que Cazes. Le brigadier de gendarmerie ajouta que M. André Cazes était décédé.

LA DISPARITION D'ANDRÉ CAZES

André CAZES serait disparu à 64 ans. Le mot de disparu est plus adapté que celui de décédé selon un ingénieur (André L.) qui le connaissait bien pour avoir enquêté sur ses affaires. En effet le mystère le plus grand planait autour de son décés. Il serait décédé à Marseille dans un hôtel, mais aucun enregistrement de décès à son nom ne fut fait dans cette ville. Certains parlent de suicide. Triste épilogue.

Sa veuve est décédée sous le nom de "Paulette CAZES" à Hyères le 12 mars 2012 à l'âge de 87 ans.

05 novembre 2013

LA BRANCHE DE JRB DE MONDENARD DE BIÈRE, FONDATEUR DE LA BRANCHE DE MONIÉ

LA FAMILLE DE MONDENARD, SEIGNEURS DE BIÈRE À LAPLUME

ET SES DESCENDANTS À BRUCH ET À AUTIÈGES.

L'ÉCHANGE DE ROQUELAURE CONTRE BIÈRE

Le 21 Juin 1662 noble Charles de MONDENARD, Seigneur de Roquelaure et Gilles du BOUZET, Seigneur Marquis de Roquépine, réunis devant  notaire dans le chateau noble de Pouy-Roquelaure, échangèrent leurs châteaux et leurs terres. Ce ne fut pas sans un certain déchirement pour Charles, puisque Roquelaure appartenait à sa famille paternelle depuis deux siècles. Mais cette transaction avait des avantages. Gilles du Bouzet se constituait avec Roquelaure un ensemble de terres d'un seul tenant, nécessaire pour justifier son titre de Marquis.

bière2

Charles, avec Bière, disposait d'une propriété plus petite certes, mais avec en compensation une soulte de 9000 livres qui lui servit à rembourser ses dettes et à payer la dot de sa soeur Anne épouse du docteur en médecine Jean Pierre BOUSQUET. À son frère Pons -qui s'était marié le 3 0ctobre 1661- il abandonnait la maison et les terres des Mondenard à Lamontjoye-de-Saint-Louis. Charles gardait cependant un pied en condomois avec la métairie de Padouen à Liaroles.

UNE NAISSANCE AVANT MARIAGE

De son mariage avec Louise de GROSSOLLES fille d'Antoine, Seigneur de Saint-Martin, Charles 1 de MONDENARD avait eu plusieurs enfants. Leur fils Michel 1 se maria le 8 Juin 1673 à Catherine du BERNAT et devint à son tour seigneur de Bière. Catherine lui donna deux fils et quatre filles. L'aîné, Michel 2, Capitaine au régiment de Laonnois, s'était marié le 14 fèvrier 1708, mais blessé grièvement au siège de Bouchain il mourut en 1715 sans descendance. Charles 2, le cadet n'était pas marié; il servait dans l'artillerie et fut bléssé au siège de Suze. Sa famille le pressait de se retirer du service et d'épouser une noble héritière de la contrée pour assurer la descendance. Mais Charles, qui avait 46 ans, attendait un évènement pour révéler son secret. Le 8 Mars 1722 la jeune et belle Marguerite DESESBATS, d'une famille d'artisans charpentiers de Laplume, mit au monde leur fils Joseph. Charles le reconnut immédiatement. Le contrat de mariage fut signé le 22 Avril, la bénédiction nuptiale eut lieu le 11 Mai. Charles 2 avait tout arrangé en 9 semaines.

LE TESTAMENT DE CHARLES, DEUXIÈME DU NOM

Le 20 Avril 1758, Charles de MONDENARD, Seigneur de Bière, fait son testament; il a 82 ans. De ses quatre fils: Joseph 1, Philippe, Jean François et Joseph 2, le second, jeune lieutenant, vient d'être tué à la bataille de Rosbach (près de Liepzig) le 5 Novembre 1757. Ils sont tous célibataires de même que ses trois filles, Catherine, Paule et Foy. Les fils survivants ont 36, 28 et 24 ans, les filles 34, 32 et 21 ans. Il est grand temps de penser mariage et succession.

Ordre-SaintLouis

Joeph 1 l'aîné, est son héritier universel, Capitaine au Régiment de Pièmont, il sort blessé au visage de la bataille de Rosbach. Décoré de la Croix de Chevalier de Saint-Louis, belle stature mais défiguré, il croit peu en ses chances de mariage.

Jean François n'a ni l'atout de la fortune, ni celui de l'instruction, ni celui de la gloire militaire. Il renonce au mariage sans pour autant entrer dans les ordres.

Joseph 2, filleul de son frère Joseph 1, se destinait à la prêtrise. Il était clerc tonsuré avant la mort au champ d'honneur de son frère Philippe. Doué pour les études, il avait reçu une solide instruction au séminaire. C'est lui qui fut chargé de se marier et d'avoir des héritiers.

LE MAIRE DE LAPLUME

Seuls les deux Joseph se marièrent et eurent chacun une descendance. Le plus jeune convola le premier.

Joseph 2 se maria à Bruch le 13 Novembre 1769 avec Thècle d'ALESPEE, d'une famille célèbre à NERAC depuis l'époque du roi de Navarre Henri 1er d'Albret et de la reine Marguerite, soeur du roi François Ier et auteur de l'Heptaméron. Thècle d'ALESPEE hérita, par sa mère Jeanne de SAUBUSSE, des terres et de la Maison forte de Roques à BRUCH. Thècle mit au monde cinq enfants nés entre 1770 et 1778, les deux premiers à BRUCH, les trois plus jeunes à LAPLUME.

1° Thérèse née le 7 Août 1770 est probablement morte jeune. En marge de son acte de baptême et de la même main on trouve: "obit cadem die et anno."

2° Marie Anne née le 9 Novembre 1771 sera plus tard la châtelaine de Bière.

3° Joseph-Giles né le 25 janvier 1775 et porté au baptême par son cousin Giles de Mondenard de la branche de Gaichot et Lamontjoye, ne vécut que dix jours.

4° Marie née infirme le 12 Septembre 1776 mourra à 28 ans célibataire.

preuvesJRB0

5° Joseph Romain Bonaventure (J.R.B.) né le 25 Novembre 1778 avait pour parrain son oncle Joseph 1  devenu lieutenant colonel au régiment de Blésois. En l'absence du parrain, il fut porté sur les fonts par Romain Castaing, ami de la famille. Le prêtre et curé de Laplume était Bonaventure Dobsan. J.R.B. sera plus tard le châtelain d'Autièges.

Joseph 2, devenu le Chevalier de Mondenard, avait quitté BRUCH avec sa famille vers 1774. Ils emmenagèrent à LAPLUME où les Mondenard possédaient deux maisons en ville en plus du château de Bière situé à l'exterieur de la ville..

L'année même où naquit J.R.B., le Chevalier de Mondenard son père, fut nommé Maire de LAPLUME. Il prêta serment le 28 Avril 1778. À partir de mars 1779 la maison de Roques à BRUCH devint vide, Thérèse, la tante maternelle de Thècle, venait d'y mourir.

 J.R.B. fit ses preuves de noblesse devant le juge d'armes d'Hozier en 1788 et il fut admis à la célèbre école royale et militaire de Sorèze.

LE MARÉCHAL DE CAMP ET ARMÉES DU ROI

Joseph 1, peu avant 1775, s'était rapproché de ses cousins Montaigut de Cremps avec lesquels il avait fait paraître leur généalogie commune au tome XIV du Dictionnaire de la noblesse de La Chesnaye Desbois 'Article MONTAGU). Il  rétablit son nom complet MONTAGU de MONDENARD à l'instar de ses cousins Montaigut, devenus MONTAGU LOMAGNE. Il fut nommé Brigadier (Commandant de garnison) le 1er Mars 1780 et Maréchal de Camp (Général de Brigade) le 1er Janvier 1784. L'historien Jules ANDRIEU fit paraître tout un chapitre sur lui en 1886 dans son livre: "Les Oubliés, Quelques soldats agenais du XVIIe au XIXe siècles."

LE REPRESENTANT DE LA NOBLESSE AUX ASSEMBLEES DES TROIS ORDRES

Fraîchement retraité de l'armée, Joseph 1 s'installe dans son chateau de Bière. Il a 62 ans et n'est toujours pas marié. Il reçoit une pension de retraite de maréchal de camp de 3600 livres à laquelle s'ajoute une pension de Chevalier de Saint-Louis de 800 livres. Il participa à Lectoure aux assemblées des trois ordres dès septembre 1787 en qualité de premier représentant de la noblesse de l'élection de Lomagne. (Archives départementales 31/C519 ). Il fut proposé en décembre 1788 pour être nommé Bailly d'épée du Bruillois, poste qui n'était plus pourvu depuis de nombreuses années. Il écrivit le 24 avril 1789 au ministre NECKER pour lui envoyer les cahiers de doléances du Bruillois et protester contre le rattachement du Bruillois à la Lomagne. Il n'avait plus voulu participer à Lectoure à l'assemblée de la noblesse de Lomagne car il défendait l'idée avec d'autres d'une assemblée du Bruillois indépendante à Laplume.

LES TROUBLES DE LA REVOLUTION

Pendant la période révolutionnaire. Joseph 1 et Joseph 2 perdent leur frère Jean-François. Il décède à 60 ans, le 31 Août 1790, sans avoir été marié. La fièvre révolutionnaire touche la famille de trés prés. Le 2 Août 1792 Jean d'ALESPEE oncle maternel de J.R.B. (il était le demi frère de Thècle d'ALESPEE) fut assassiné à NÉRAC, percé d'une broche et pendu à un ormeau pour avoir refusé de livrer des armes à une bande de furieux. J.R.B. allait avoir 14 ans, ses soeurs Marie Anne et Marie avaient 21 et 16 ans. Joseph 2, Thècle et leurs enfants quittèrent l'enceinte de la ville de LAPLUME pour revenir à BRUCH dans la Maison forte de Roques.

Joseph 1, qui percevait toujours sa retraite de Maréchal de camp, se maria avec sa nièce Marie Anne. Comment expliquer ce mariage incroyable? Pourquoi ce vieux général de 72 ans épousa-t-il sa nièce de 23 ans? Nous ignorons la réponse, tout comme la date exacte des noces que l'on peut situer au cours de l'année 1794, c'est à dire au plus fort de la dictature de Robespierre.

A la suite du mariage naquirent au château de Bière deux enfants:

1° Cyprien MONDENARD vit le jour le 26 Mars 1795. Bien qu'amputé sur son acte de naissance de sa particule nobiliaire en raison des lois révolutionnaires, il était promis à devenir le chef de lignée des MONTAGU de MONDENARD; mais cette espérance ne dura que quelques heures, car il est décédé à Bière le jour même de sa naissance.

2° Séraphine, Thècle, Zoé MONDENARD naquit le 1er Mai 1797. Seule héritière du Maréchal de Camp elle épousera Joseph de FONTARGET à qui elle donnera une descendance qui subsiste au XXIe siècle. Ils s'installeront au château de Belleplaine prés de LAVILLEDIEU DU TEMPLE. Séraphine venait de souffler les bougies de ses trois ans quand son père, le vieux général, est mort le 12 juin 1800. Avant de mourir il avait assisté au mariage de J.R.B. son filleul et unique neveu.

JOSEPH ROMAIN BONAVENTURE ( J.R.B.) SOUS LE CONSULAT

J.R.B. domicilié à BRUCH épouse le 20 Novembre 1798 Anne MARTIN d'une famille de magistrats de LAPLUME. Ils ont tous deux vingt ans. Il signe alors "Mondenard", elle signe "Nanete Martin". À l'époque de la mort de son oncle J.R.B. est à BRUCH, il est souvent témoin à des mariages. En octobre 1800 Napoléon permet le retour de 52000 royalistes émigrés. J.R.B. se souvient qu'il est un descendant des Montaigut du Quercy et que le ci devant Comte de MONTAGU LOMAGNE est son cousin. Au début de l'année 1804 il signe "Montagu Mondenard" et en septembre de la même année "Montagu de Mondenard" entre temps Napoléon est devenu Empereur et les particules nobiliaires ou non reviennent.

Le premier mariage de J.R.B. ne donne pas d'enfant, il divorce grâce aux nouvelles lois napoléoniennes. En 1805 il vit toujours à BRUCH et revient à une signature simplifiée "Mondenard" 

PREMIER EMPIRE, LA CHATELAINE DE BIÈRE SE REMARIE

Marie Anne, jeune veuve du ci devant Maréchal de camp se remarie en 1806 avec Paulin du BERNARD de LÉCUSSAN, d'une vieille famille du Bruilhois. Séraphine, Thècle, Zoé de MONTAGU de MONDENARD a alors 9 ans. De ce deuxième mariage viendront Romain et Victoire. De Séraphine descendent aujourd'hui les LECHALUPE et de Romain les d'AYRENX.

J.R.B. HÉRITE, SE REMARIE ET S'INSTALLE A AUTIÉGES

Monié

J.R.B. participe comme témoin en 1806 et 1808 à BRUCH à de nombreux mariages. Sa mère Thècle d'ALESPEE avait un cousin germain, l'abbé Jean de MONIÉ (écrit parfois Monier) qui était propriétaire en titre de châteaux, métairies et terres ayant appartenus, certains aux Alespée, d'autres aux Mondenard. Le 8 Mars 1806 il met la dernière main à son testament, dont la plus grande partie -55 pages- avait été rédigée avant décembre 1804. Le 11 Novembre 1809 l'abbé de MONIÉ meurt faisant de J.R.B. l'un de ses principaux héritiers à condition qu'il ajoute le nom "de Monié" à celui de "Mondenard". Deux semaines après ce décès, le jour de ses 31 ans, J.R.B. se conforme à la volonté de son donateur. Il a adopté une nouvelle signature "de Mondenard de Monié". Trois mois après, le 25 fevrier 1810, il épouse Anne Nancy BERTIN, originaire de la région de Villeneuve sur Lot et élevée par son oncle et tuteur Jacques DUTHIL de NERAC. C'est à la même époque que J.R.B. perdra son père; le Chevalier Joseph 2, ex maire de LAPLUME, s'éteint le 29 avril 1810 à BRUCH dans la Maison forte de Roques.

 

autièges1

Le testament de l'abbé de MONIÉ attribue à J.R.B. la propriété du Château d'Autièges. Il continuera cependant à habiter la Maison forte de Roques avec sa jeune épouse et sa mère jusqu'en 1811. Il signe avec constance "Mondenard de Monié" en particulier sur les actes de naissance de ses enfants: Marthe, Amélie le 6 janvier 1811 à BRUCH et Joseph Ernest le 19 Juin 1813 à AUTIEGES. La Maison forte de Roques ne fut vendue qu'aprés le 10 septembre 1821, date du décés de Thècle d'ALESPEE à BRUCH. Cette maison a complètement disparu, elle a laissé sa place à un grand terrain cultivé et ses pierres furent réémployées pour d'autres constructions. J.R.B. est Maire d'AUTIÉGES en Janvier 1816 et prépara la fusion de cette commune avec celle de FIEUX qui eut lieu le 1er Mai 1841. C'est alors qu'il devient Maire de FIEUX jusqu'en mars 1848 date à laquelle son fils aîné le relaie. La succession de l'abbé de Monié sera définitivement réglée le 24 fèvrier 1844. A partir de cette date J.R.B. abrégera plus souvent sa signature et même pour le mariage de son fils aîné, le 11 Octobre 1848, il écrira simplement "Mondenard". Il sera le grand père du député du Lot et Garonne, Adolphe de MONDENARD, dont une rue de NERAC porte le nom. Il est le trisaïeul du rédacteur de ces lignes, aîné de la famille depuis 1986.

Michel de MONDENARD de la branche de MONIÉ, Villecresnes, décembre 1995.

18 septembre 2013

MONDENARD DE BORDEVIELLE À LA RÉOLE

Bordevielle, une branche issue des Mondenard de Bière (Laplume en Bruilhois)

D'aucuns trouveront dans leurs recherches ou par hasard des MONDENARD pharmaciens. L'un d'entre eux inventa et donna le nom d'Henry de Mondenard à un sirop pour bébés.
Il s'agit incontestablement d'un descendant de la branche de Bière qui portait aussi le nom de Bordevielle, du même nom qu'une propriété dans la paroisse de Lialores aujourd'hui commune de Condom.

archevequeGuyot1975

L'Archevêque de Toulouse, le Cardinal Jean Guyot (1966-1978), nommé cardinal en 1973 descendait de cette branche et avait communiqué quelques précisions généalogiques à son cousin Jean de Mondenard, aussi pasteur à Toulouse. C'est dire qu'ils eurent l'occasion de parler de leurs ancètres communs.
Les cousins Jean et Jean photographiés à l'occasion d'une rencontre oecuménique toulousaine.
Le Cardinal Jean Guyot faisait remonter son ascendance à Antoine BORDEVIELLE fils légitime du sieur Jean MONDENARD de BORDEVIELLE, Officier de Santé demeurant à Lialores (commune de Condom). Pour quelle raison Antoine pharmacien à La Réole ne portait qu'une partie du nom de son père ? Probablement pour ne pas trop attirer l'attention sur une particule en période révolutionnaire. Sa mère Jeanne DUTOUR ou du TOUR était décédée le 17 germinal an V, son père donna son consentement au mariage d'Antoine en janvier 1815 avec Demoiselle Louise Thérèse BEYNARD fille d'un pharmacien aussi de La Réole. 
Ils firent probablement rétablir le nom initial car leurs deux enfants Catherine, Elvina et Jean-Marie, Henri reçurent le nom du grand père: MONDENARD de BORDEVIELLE.
1 - Catherine Elvina MONDENARD de BORDEVIELLE (1815-1868) fille aînée, épousa en 1835 Jean-Paul, Aristide GAUTHIER, juge de paix à La Réole. Ils furent les arrières grands parents du Cardinal Jean GUYOT.
Jean-Marie, Henri MONDENARD de BORDEVIELLE, jeune frère de Catherine aurait épousé Euphémie FAURE le 21 juin 1853 à Brannens (Gironde) et continué la tradition familiale avec la Pharmacie MONDENARD à La Réole (Annuaire de 1855).
Il semble qu'ils aient eu au moins deux filles et un fils:
- Anne-Marie-Antoinette, Gaïta épousa le 30 mai 1877 Charles-Marie BOUHIER, Président de Chambre à la Cour d'appel d'Aix dont elle fut veuve en 1915. Ils eurent une fille Anne-Marie, Euphémie BOUHIER en mai 1979.
- Louisa, Jeanne n'est pas connue comme ayant été mariée.
- Jean-Marie, Henry MONDENARD-BORDEVIELLE pharmacien, né en 1845 habitait  Paris au 16 rue Lemercier quand il épousa le 1er fevrier 1887 Mlle Marie-Augustine DAUSSIN.(Journal des débats)
On le retrouve plus tard (1893) dans une liste de pharmaciens de Compiègne (Oise) où il apparait d'une part comme De Bordevielle et d'autre part sous le nom de H. de Mondenard. Il a créé un sirop pour bébés et en fait la promotion. Cette publicité parait en particulier entre les années 1895 et 1902.

Sirop-rhubarbe-henry-1895

Il s'agit d'un sirop de rhubarbe au "lactucarium et bromure de sodium", souverain contre les "Coliques des nouveaux-nés" et contre les "Convulsions des dents". Prix au public 1 fr 50 et prix en pharmacie 1 franc. l'un des sirops les moins chers de la liste.

10Typon71

En 2013, Cédric de MONDENARD de MONIÉ a retrouvé sur le marché des collectionneurs un typon d'imprimeur qui servait à l'impression des étuis contenant les flacons du fameux sirop de Mondenard à un tarif beaucoup plus élevé: 3 fr 30.
La rhubarbe est laxative grâce à sa richesse en fibres. Elle apporte des minéraux, certains en grande quantité comme le potassium et le phosphore.  La substance secrétée par sa racine est appréciée pour son action antiseptique et c'est un bon anti-inflamatoire pour les muqueuses buccales.
Le lactucarium est le nom donné au latex sécrété par plusieurs espèces de plantes du genre lactuca (laitues sauvages). Le composant actif du lactucarium serait la lactucine un dérivé de la lactucopicrine et de la 11β13-dihydrolactucine, tout deux connus pour leur activité analgésique, équivalente ou supérieure à celle de l'ibuprofène.  La lactucine et la lactupricine possèdent également des effets sédatifs qui diminuent la spontanéité des mouvements. 
Sur l'étiquette:

bébé-sirop

Le Sirop de Mondenard est indispensable aux mamans soucieuses de la Bonne Santé de leurs Bébés
La formule de ce sirop est spécialisée depuis 1880 par son créateur H. de Mondenard, pharmacien de 1ere classe ex préparateur de chimie et de toxicologie à l'École de Pharmacie de Paris. 3fr30 (impôt compris) En vente dans toutes pharmacies
Fabrication et vente en gros Laboratoires LEQUEUX-REUCHIN, Audincourt (Doubs)
Mode d'emploi: Chez les jeunes enfants pour obtenir un sommeil régulier: une cuillerée à café suffit.
Pour combattre la diarrhée: une cuillerée à café le matin, une cuillerée à café le soir après une tétée.
Le Sirop de Mondenard au bromure de sodium papaine
Employé toujours avec succès chez les bébés contre l'insomnie, les coliques, la constipation, les affections nerveuses, les troubles de la digestion.
Grace au sirop de Mondenard plus de dentition douloureuse, de crainte de convulsion, de selles fétides vertes ou contenant du lait non digéré, de constipation.
Efficacité immédiate, saveur très agréable.

07 mars 2013

LE CHÂTEAU DE CAZES-MONDENARD EN RESTAURATION

LE CHATEAU DE MONDENARD À CÔTÉ DU BOURG DE CAZES-MONDENARD FAIT PEAU NEUVE.

LE CHÂTEAU DOMINE LE BOURG ET SA SILHOUETTE CLAIRE SE DESSINE SUR LA HAUTEUR

Château_Mondenard7_3_2013

Son nouveau propriétaire a entrepris de lui redonner vie.

LE CHATEAU DE MONDENARD AVEC PHOTOS DE 1900, 1924, 2009.

Le château fut vendu et revendu souvent au XIXe siècle.  Le Baron Chazal qui l'avait acquis en 1812 s'en dessaisit à son tour. La famille Lacombe habite au chateau en 1862. C'est M. Cros qui en est propriétaire à la fin du siècle. En 1903 le Capitaine de vaisseau en retraite Paul Dejean y découvre sur la partie ouest des silos fermés depuis le XVIe siècle; il y décède en octobre 1905 et sa famille en a gardé la propriété jusqu'en 1906 ou 1907. Le site intéressa un moment (vers 1928-1935) un chasseur de trésor, l'anglais Charles Ader qui dépensa plus d'argent à faire des fouilles qu'à entretenir le château. 

JM38Cazes38

L'AILE À DROITE DE LA TOUR DANS LA COUR INTÉRIEURE

JM15Cazes15

LE PORTAIL NORD-OUEST DU CHATEAU ENTRE LES DEUX BATIMENTS DU XVIIIe SIÈCLE.

Ces deux photos de 1924 peuvent être situées par rapport à des vues contemporaines ci-dessous. Le château est construit sur une butte de surface aplanie en forme de triangle desservie par un chemin venant du nord-est. Un autre accès plus escarpé se situe à la pointe sud. Le plus long bâtiment suit l'emplacement de l'ancien rempart côté sud-ouest. À peu près au milieu de cette longue toiture se trouve une tour carrée avec un toit à quatre pans triangulaires. Au nord, reste un bâtiment sur les deux qui encadraient le portail de l'entrée. Celui de droite (en sortant) n'a plus de toiture. Le bord de la butte au sud-ouest n'est pas délimité par des constructions, mais une haie d'arbres suit le bord de la falaise. Un bâtiment au toit plus clair est construit parallèlement au bâtiment le plus long; il s'agit d'un bâtiment d'exploitation agricole. Les deux bâtiments parallèles délimitent une cour intérieure centrale au milieu de laquelle se trouve le puits d'eau potable. 

chateau_mondenard

Le site du château de Mondenard

D'autres photos montrent que rien ou presque n'avait changé enre 1924 et 2009.

mdnr4 

Le portail entre les deux bâtiments de l'entrée.

Si nous regardons à l'intérieur de ce bâtiment par l'autre côté nous observons qu'll manque une grande partie des pierres qui fermaient autrefois ce côté. 

mdnr1 

La végétation a envahi l'intérieur.

mdnr2  

La même ruine vue du côté du chemin

mdnr3 

De l'autre côté du portail, le bâtiment de même style appelé le chais, est bien mieux conservé car il possède une toiture.

mdnr5 Stéphane L. nous propose un cliché de 1902-1905 de la collection Dejean, faisant apparaître la même façade du chais

Chateau-Mondenard-LeChais-1900-363

La longue construction au sud-ouest avec l'ancienne tour au milieu, domine la vallée du côté de Cazes.

Cette tour est la partie la plus ancienne du château. C'est là que se trouvait la salle des gardes.

mdnr7 

L'aile droite, qui est la plus proche sur la photo, est la partie habitée du château. C'est celle qui apparait sur la premiere photo de 1924.

 

Chateau-Mondenard-chais-puits-1900-369 La même façade prise dans le sens opposé en 1902-1905, le chais est au fond et l'abri du puits à droite. À l'époque le chemin ne passait pas aussi près du chateau qu'aujourd'hui. (Cliché de la collection Dejean)

Ci-dessous le bâtiment d'exploitation avec les portes d'anciennes écuries. Au premier plan à gauche le puits et son abri.

mdnr8  Devant ce bâtiment d'explotation, en 1902-1905, à l'extrtémité droite se prenaient les photos en groupes.

Chateau-Mondenard-1900-annexe-364 Cliché Dejean, habitants du chateau en 1902-1905.

Une vue plus rapprochée de la tour avec ses vieilles pierres taillées.

mdnr10  

Un aperçu de l'aile gauche avec des murs en pierres moins bien taillées que celles de la tour.

mdnr9 Dans cette partie ancienne se trouve une salle voutée. Un cliché de la collection Dejean, 1902-1905, nous montre l'intérieur.

Chateau-Cazes-Mondenard-salle-voutée-370 Une autre photo d'intérieur de la même pîèce montre aussi le carrelage.

La partie habitée du château par le gardien.

mdnr11_1 

Au delà, en contrebas du château de Mondenard, la campagne avec en 1902-1905 la batteuse pour séparer la paille du grain. 

Chateau-Mondenard-batteuse-1900-366Collection Dejean, 1902-1905 - En conversation avec l'abbé Taillefer ?

Au début du XXe siècle, le village de Cazes

cazes

Carte postale, vue générale de Cazes-Mondenard

Cazes-Mondenard-La-Poste-Brousse-Ed A l'époque des photos de la collection Dejean, la Poste de Cazes-Mondenard en hiver, la rue fraichement déneigée. Edition Brousse

LE CHATEAU DE MONDENARD REVIT, C'EST UNE EXCELLENTE NOUVELLE.