BEAUCOUP DE PERSONNES PORTENT LE NOM DE CAZES, UN SEUL L'A FAIT SUIVRE PAR CELUI DE MONDENARD.

Le 22 Octobre 1917 naissait à Remiremont dans les Vosges dans la famille de Guillaume CAZES et de Marie-Claire FEBVAY, un nouveau-né de sexe masculin qui fut prénommé André et reçut aussi les prénoms de Charles et Amédée.

Cet enfant grandit, fit des études, se construisit un avenir. Il fit ses études à Épinal où  son père dirigeait une agence bancaire. L'État civil de ses deux mariages sont identiques à celui de sa naissance: André CAZES se marie en deuxieme noces avec Paulette ESCOT le 1er décembre 1970.

GAZES_de_MONDENARD___ANDR2_1946Cependant dès mai 1945, il utilise joint à son patronyme de naissance un nom à particule " CAZE de MONDENARD". Il avait probablement découvert en feuilletant les pages d'un annuaire qu'il existait une commune du nom de CAZES-MONDENARD et comme il cherchait à faire carrière dans le personnel des ambassades pour devenir diplomate, il avait trouvé intéressant de se parer d'un nom supposé plus valorisant parmi les ambassadeurs. Il apparait dans l'annuaire des ambassades à partir de 1945 à Paris, puis à New York en 1949 avec le titre et le nom de Comte Caze de Mondenard. Il avait profité des turbulences de l'administration en 1944-45 pour modifier illégalement son nom. Le journal officiel du 2 mai 1945 nous apprend qu'il a été nommé Attaché d'Ambassade sous le nom de GAZES de MONDENARD (sic).

Qu'il ait renoncé volontairement à la carrière diplomatique aux USA, ou que sa hiérarchie l'y ait contraint,.. il change d'orientation et se lance dans la fabrication et la diffusion de produits vétérinaires en s'installant à Lens-Lestang dans la Drome.

Chateau-de-la-Saone-Lens-Lestang Château de la Saône à Lens-Lestang au début du XXe siècle.

En 1972, il communique le décès de sa mère dans le "Carnet du Figaro" en la nommant Madame Veuve Caze de MONDENARD. En 1974, selon l'annuaire des téléphones de la Drome, on peut le joindre en demandant le 11 à Lens-Lestang, il y figure sous le nom de "CAZE de MONDENARD, Cte A.". Puis il semble qu'il cherche à se faire plus discret, l'intitulé a changé, il s'est  transformé en "CAZE de MONDENARD Ctesse A." puis "CAZE de MONDENARD Paulette". En 1975 une lettre circulaire imprimée datée du 12 septembre émanant du Laboratoire TECHNA et adressée aux médecins vétérinaires est signée par M. Jean BOIRON PDG et André CAZE de MONDENARD, Directeur gérant. Le Laboratoire Techna ne lui appartient plus. Il cherche à obtenir des aides de l'État par l'intermédiaire du service AGI de la Chambre de Commerce et d'Industrie.

MONSIEUR LE PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE DE VALENCE INTERVIENT

Jean de MONDENARD s'inquiète; non seulement André CAZES, mais sa femme et sa fille se font appeler Caze de Mondenard. Il signale cette anomalie par écrit au Procureur de la République du département de la Drôme et lui demande son intervention pour la protection de l'état-civil des citoyens français. La lettre écrite en mai 1981 aura une réponse à la forme plutôt inattendue près d'un an plus tard, puisque ce sont deux motards de la gendarmerie qui vinrent lui remettre à son domicile un pli du Procureur de la République indiquant que Madame Cazes et sa fille s'étaient engagées à ne plus utliser d'autre nom que Cazes. Le brigadier de gendarmerie ajouta que M. André Cazes était décédé.

LA DISPARITION D'ANDRÉ CAZES

André CAZES serait disparu à 64 ans. Le mot de disparu est plus adapté que celui de décédé selon un ingénieur (André L.) qui le connaissait bien pour avoir enquêté sur ses affaires. En effet le mystère le plus grand planait autour de son décés. Il serait décédé à Marseille dans un hôtel, mais aucun enregistrement de décès à son nom ne fut fait dans cette ville. Certains parlent de suicide. Triste épilogue.

Sa veuve est décédée sous le nom de "Paulette CAZES" à Hyères le 12 mars 2012 à l'âge de 87 ans.