cavaliers-consulsLSL01

Fresque des cavaliers consuls à Lamonjoie de Saint-Louis probablement du XVIIe

La Branche de Lamontjoie et Gaichot est issue de la Maison de Mondenard, des Seigneurs de Roquelaure en Bruilhois et Condomois dont l’origine en ce pays remonte au mariage de Garcie de Mondenard vers 1407 avec Miramonde d’Albret et à la donation qu’ils firent à leur plus jeune fils Jean de la seigneurie de Roquelaure et de plusieurs autres fiefs en octobre 1488 à l'occasion de son mariage.

Les seigneurs de Mondenard de Roquelaure dont une branche s’était séparée vers 1566 en s’installant à Loupiac près de Cadillac au service du duc d’Épernon, formèrent un siècle plus tard deux branches nouvelles. La branche aînée échangea la seigneurie de Roquelaure pour celle de Bière à Laplume ; la branche cadette confirma son installation à Lamontjoie et à St Vincent de Lamontjoie où se trouvait la seigneurie de Gaichot ou Gachot.

Le dictionnaire de la noblesse de La Chesnaye - Des Bois et Badier en donne un résumé rapide reproduit ci-dessous.

Une généalogie plus détaillée complètera cette synthèse trop brève.

 Texte concentré du Dictionnaire de la Noblesse :

XII Pons De Mondenard , fils puîné de François II, Seigneur de Roquelaure; & de Claire de Carbonneau, étoit Capitaine au Régiment de Curton, quand il épousa, à la ville de Montjoye, le 3 Octobre 1661, une Demoiselle de la Roche de Dieux- Ayres, et fut tué, en 1671, au passage du Rhin à Tolhuis. Il laissa de son mariage,

XIII. Charles-François De Mondenard , qui fit fa réfidence, ainsi que son père, dans la ville de Montjoye, et est mort en 1740. II avoit épousé, 1°. le 16 Mars 1703, Catherine de Barrière, dont — Jean-Pierre, mort, sans postérité, à Montjoye en 1761;

et 2°Vidale de la Tuque, et en eut :

-  1. Jean-Philippe , marié trois fois , fans postérité;

-  2. Charles , Religieux Profès de l'Ordre de Saint-Dominique; -  3. Jean, qui fuit;

-  4. et Françoise, mariée, le 12 Septembre 1745, à Barthelemi du Gout, Seigneur du Brun. Elle est morte, fans postérité, en 1759.

XIV. Jean De Mondenard épousa, le 1 Mars 1748, Dame Marie-Jeanne du Tour, dont: — 1. Gilles, né en 1748; —2. Jean, né le 3 Juin 1753  — 3. et autre Gilles, né le 17 Mai 1763.

 Compléments sur la branche de Lamontjoie et Gaichot :

Le fondateur de la branche de Gaichot-Lamontjoie est Pons de Mondenard, dont le frère aîné Charles de Mondenard de Roquelaure fit échange de la terre de Roquelaure pour celle de Bière avec la Maison des Seigneurs du Bouzet de Roquépine le 21 juin 1662. L’acte fondateur de la branche cadette de Lamontjoie et Gaichot est le mariage de Pons avec Françoise de La Roche des seigneurs de Dieuzaires le 3 octobre 1661 dans la Ville de Lamontjoie. Le registre paroissial de cette année manque, de même les archives du régiment de Curton n’ont pas été trouvées aux Archives de l’Armée, mais l’acte d’échange du 21juin 1662 mentionne Pons, comme ayant déjà reçu de son frère aîné Charles ce qui lui revenait de la succession de leurs parents. Il y est fait mention de la confirmation actée devant maître Martet notaire à Lamontjoie. La blessure de Pons au passage à gué du Rhin à Tolhuis en Hollande (Armée de Condé, 12 juin 1672) entraîna sa mort moins d'un an plus tard, le 21 avril 1673 ; c’est à cette date qu’on trouve son acte de décès dans les registres paroissiaux de Lamontjoie. Il fut enseveli le lendemain dans l’église paroissiale de St Louis assisté du curé de Roquelaure et de quatre religieux. Sa veuve fit faire pour lui des messes tous les vendredis. Le curé Gardère  de Lamontjoie a signé le registre.

LA BASTIDE DE LA MONTJOIE DE SAINT-LOUIS

La maison de ville de la famille de Mondenard de Roquelaure se trouve sur le plan en (11) du côté de Condom à côté du Couvent d'éducation de la jeunesse (14) L'église Saint-Louis du XVe est en (2) et la maison des consuls en (3) près de la porte de Paris. Cliquer sur le croquis de J.& J. Payen pour l'agrandir

LamonjoieSL03

Légende complémentaire: 1 - les remparts ceinturent la Bastide de Lamontjoie et n'ont que deux portes; 4, 5 & 9: le moulin médiéval, le moulin à l'huile et le tisserand sont à l'extérieur côté Condom; 6, 7 & 8: le foirail, le forgeron et les abattoirs sont à l'extérieur côté Paris. La maison de ville des seigneurs de Marin (10); le couvent des Franciscains fondé en 1623 (12) et le couvent des Clarisses (13); 15: le four communal; 16: la fresque des cavaliers-consuls; 17: le notaire, 18: Maison commune avec l'étal de boucher: 19: le puits.

Du mariage de Pons de Mondenard de Roquelaure avec Françoise de La Roche naquirent au moins trois enfants, mais deux d’entre eux moururent jeunes :

1 -  Les registres paroissiaux de Lamontjoie indiquent un enfant mort-né le 31 mars 1663

2 – Joseph, le second, meurt le 18 novembre 1668 à un âge indéterminé, mais probablement à moins de six ans.

3 - Charles-François, né vers 1664 continua la descendance. Charles (François) de Mondenard fit sa résidence dans la Ville de Lamontjoie à la suite de son père. Il s’agit de la maison des seigneurs de Roquelaure, vieille bâtisse, qui existe toujours dans l'ancienne bastide de Lamontjoie. Il est mort peu après 1740,  exactement le 8 avril 1741 à l’âge de 77 ans. Le lendemain selon le registre des sépultures « il fut enseveli dans la chapelle Notre Dame de Laplayne ».  Il avait épousé en premières noces à Agen le 2 février 1693 (et non le 16 mars 1703) Demoiselle Catherine de Barrière. Celle ci lui donna un fils Jean-Pierre, né le 12 décembre 1693 ; mais elle est décédée à 24 ans le 1er juillet 1694. Jean-Pierre, le 30 avril 1724 avec son père, habitants de la ville de Lamontjoie, donnent à ferme  leur métairie de Barrière dans la paroisse de Monbran (Foulayronnes),  juridiction d’Agen. Jean-Pierre de Mondenard n’eut pas de descendance. Il avait épousé le 20 janvier 1724 Marie Gardère, baptisée à Lamontjoie le 18 juillet 1692,  fille de Daniel Gardère, Procureur d’office et de Marguerite Montus, probablement apparentée au Curé de Lamontjoie, également du nom de Gardère. Ils n’eurent pas d’enfant. Jean est mort le 14 novembre 1761. Il fut enseveli le lendemain en l’église paroissiale dans « une sépulture de grâce ».  Assistaient à sa sépulture le curé de Roquelaure et le Révérend père des cordeliers.

laPlagne04 St-VincentLM05

l'église de La Plagne et celle de St-Vincent

Revenons à Charles-François qui fut veuf à trente ans dès 1694. En secondes noces,  Charles-François épousa Marie de Vidal des seigneurs de La Tuque.  Le certificat d’annonce de mariage est daté du 22 février 1696, il délivre l’autorisation de bénédiction du mariage à St Vincent de Lamontjoie. Les registres de Saint-Louis de Lamontjoie indiquent la naissance de leur fille aînée mais ignorent ses frères car certains registres ont disparu. La branche de Gaichot, contrairement à celle de Bière n'a pas de blason. 

1 - Françoise de Mondenard est née à Lamontjoie l’année du mariage de ses parents, le 16 novembre 1696, elle fut baptisée le 23,  portée par son parrain Jean Vidal de Sarros et par sa marraine Françoise de La Roche. Le 18 aout 1742, noble Jean de Mondenard Seigneur de Saint-André vend à sa sœur noble Françoise de Mondenard, Demoiselle de Gaichot le tiers d’une maison. Le registre des mariages de Lamontjoie en 1745 manquent, ce qui fait que nous n’avons pas la date précise de son mariage avec Barthelemy du Gout, Seigneur du Brun. Nous n’avons pas non plus dans les registres de Lamontjoie la mention des naissances de ses frères indiquées dans le Dictionnaire de la noblesse :

- 1°. Jean-Philippe (1708 ? probablement 1700), marié trois fois , sans postérité laissera leur maison de Lamontjoie à sa mère, la seigneurie de Gaichot à son jeune frère pour s'établir à Laplume où il achète une maison à ses cousins des seigneurs de Bière en février 1744.

- 2°. Charles (1711) , Religieux Profès de l'Ordre de Saint-Dominique fut Prieur du petit prieuré de Revel en Lauragais.

-  3°. Jean, (qui suivra après Jean Philippe;)

- 3°bis - Certaines généalogies ajoutent un André, mais on ne trouve ni sa naissance, ni son mariage, ni aucune trace de ses enfants supposés dans les registres et dans les actes. Seul indice, avant d'être Seigneurs de Gaichot, cette branche était dite des Seigneurs de Saint-André.

Leur mère, « Marie de Vidal de Mondenard » est décédée à Lamontjoie le 14 avril 1726 à 62 ans. Elle avait porté à sa descendance la seigneurie de Gaichot située dans la paroisse de St-Vincent de Lamontjoie, qui lui venait de sa mère Jeanne de Captan.

Cassini-Pouy

Carte Cassini : Les descendants de Garcie de Mondenard, furent les seigneurs haut-justiciers de Roquelaure de 1488 à 1662 (sud-ouest de LaMontjoie). Gachot se trouve entre l'église de St-Vincent et le Nomdieu (nord-ouest de LaMontjoie de St Louis, cliquer sur la carte pour l'agtrandir)

Les trois mariages de Jean-Philippe de Mondenard :

- Jean-Philippe de Mondenard, Seigneur de Gaichot contracta mariage à Laplume le 24 octobre 1730 avec Damoiselle Julienne d’Amblart de Las Mastres.

Le 11 septembre 1746 Dame Marie de Pédesclaux de Montégut épouse de noble Philippe de Mondenard, écuyer, Sieur de Gaichot, habitant de Laplume fait une donation en faveur de messire Pierre de Pédesclaux, écuyer sieur du Bournac, son cousin, de tous les droits de la succession de noble Paul de Pédesclaux.

- Jean-Philippe de Mondenard, écuyer seigneur de Gaichot se marie par contrat le 26 novembre 1753 devant Me Descoutures de Laplume,  avec Marie Première de Boudon de Lacombe, fille de feu noble François, seigneur de Lacombe et de Jeanne de Boudon. Le mariage religieux eut lieu en l'église St Barthelemy de Laplume le 8 janvier 1754.

- Le 15 novembre 1756 il est dit Chevalier et établit son testament en présence de noble Joseph de Mondenard de Bière (le jeune) et de noble François DeJean. Il est mort le 18 janvier 1766 et fut enseveli le lendemain en l'église de Cazaux. Sa veuve a vécu au delà de 1775 où elle figure sur un acte.

Jean de Mondenard, son plus jeune frère, porte le titre de seigneur de Gaichot dans un contrat de vente du 23 février 1744. Il épousa le 1er mars 1748 Marie-Jeanne Du Tour; il en eut trois fils. Il est connu aussi comme Seigneur de St-André en 1758 dans un différend avec son beau-frère Barthelemy du Gout. Il serait décédé en janvier 1777 à Gaichot. Son cousin, le chevalier de Mondenard de Bière était présent à ses obsèques le 19 janvier de cette même année. De Marie-Jeanne Du Tour il eut trois fils cités dans le dictionnaire de la noblesse  :

1°  Gilles de Mondenard de Gaichot (aîné) né en 1748,  fit ses preuves de noblesse le 20 juin 1772 et utilisa pour cela des preuves déjà réunies par Joseph de Mondenard de Bière, qui n’était pas encore Maréchal de Camps et armées du Roi, mais qui avait permis que toute la Maison de Mondenard retrouve son blason d'origine "ÉCARTELÉ D'ARGENT ET D'AZUR". Quand il demanda un extrait de naissance au prètre du Nomdieu et St Vincent, celui-ci recopiant le registre s'aperçut que son prédécesseur avait oublié de mentionner que Gilles et Jean son père, seigneur de St André étaient nobles. Cette omission obligea Gilles à demander les attestations de six gentilhommes:

1772may18 Les prestigieux signataires furent en ce 18 mai 1772 invités à Lamontjoye. Ce furent le Comte de Narbonne; Laurière Moncaut, saigneur (sic) et baron du dit lieu; Dugout, seigneur de Taillac Daubeze; Du Granier de Lacroze, seigneur et baron de St-Loup; le Marquis d'Esparbes de Lussan; Deffre(sic) de Peyrecave, seigneur et baron de Montagnac. Tous apposèrent leur sceau personnel. (voir ci-dessous)

1772Gilles06

Après l'obtention de ces signatures, Gilles sollicite et obtient un rapport du Commandeur de la cavalerie du Nomdieu, qui fut écrit sur parchemin.

1772Nomdieu01 1772Nomdieu02

cliquer sur les vignettes pour les agrandir

Signature et sceau de Léon de Malvin de Montazet, Commandeur de la cavalerie et contresigné par son secrétaire ordinaire, le Seigneur Colliez.

1772Nomdieu141772Nomdieu15

Gilles prenait dans les actes officiels parfois le nom de Chevalier de Mondenard, parfois celui de Sieur de Mondenard de Roquelaure. Il fut l’un des consuls de la ville de Lamontjoie avant d’être choisi pour Maire de la ville de Caumont-sur-Garonne en mai 1786.

Gilles-Caumont07

Signature Gilles de Mondenard de Roquelaure (aîné) alors qu'il est maire de Caumont depuis trois mois. Cliquer sur le cliché pour l'agrandir.

A Caumont, il changea de secrétaire de mairie dès septembre et nomma le Sieur Tréjaut, car le prédécesseur était plus souvent à la chasse et à la pêche. Il semble qu’il ne soit pas resté à Caumont sur Garonne au delà de l’été 1789. Il signa le cahier de doléances de la commune le 6 mars 1789,  mais devenu impopulaire car il appliquait les règlements au contraire de son prédécesseur, et dérangeait par sa rigueur certains intérêts locaux, il ne se présenta pas aux élections de 1789. Il existe une intéressante correspondance à ce sujet aux Archives de la Gironde. On ne lui connaît pas d’alliance, ni de descendance. 

2 Jean, né le 3 juin 1753 viendra après son jeune frère.

3° Gilles de Mondenard (le jeune) né le 17 mai 1763 à Gaichot (Saint-Vincent de Lamontjoie) eut son frère aîné pour parrain.

Le 20 brumaire an III,  « Gilles Mondenard », alors qu’il est adjudant avec rang de lieutenant au 1er bataillon du 67e Régiment d’infanterie (anciennement  Languedoc) fait une demande pour être nommé lieutenant à l’occasion d’un départ en retraite d’un lieutenant du régiment. Il explique qu’il s’est engagé comme soldat le 6 mai 1781, qu’il a été fait caporal le 24 septembre 1782,  sergent le 16 octobre 1789, sergent major le 16 mai 1792,  adjudant avec rang de sous-lieutenant le 28 juillet même année. Dans le dossier de son régiment il est dit qu'il mesure 5 pieds, 4 pouces, 7 lignes (environ 1,64m ce qui est assez grand pour l'époque). Dans un autre document de l‘an VI  il apparaît comme ayant été nommé Sous- lieutenant le 1er octobre 1793. Lieutenant le 7 floréal an III et affecté à la 34e demi-brigade de ligne en officier surnuméraire depuis le 23 fructidor an VI. Le 15 germinal an IX il aurait été placé dans la 18e provisoire,  puis dans la 3e provisoire d’Orient. Il aurait fait la campagne d’Egypte avec l'Empereur Napoléon Bonaparte,  d’après la tradition familiale.

Gilles06

Signature de Gilles (de) Mondenard ( jeune) en1793, né à St-Vincent de Lamontjoie en 1763. On remarquera les neuf points sous sa signature. Cliquer dessus pour agrandir le cliché.

On ne lui connait pas non plus d'épouse, ni de descendance.

Le dernier de la lignée des seigneurs de Gaichot fut Jean (de) Mondenard, (cadet) lequel  épousa Rose Besse ; ils n’eurent pas d’enfant conrairement à ce qu'écrit Michele Sayous dans son article sur la Maison de Vidal dans la Revue historique de l'Albret. Rose Besse est morte à Lamontjoie le 19 juillet 1831 à 81 ans. Jean, ne resta veuf que deux ans, il avait 83 ans quand il est décédé à Gaichot (St Vincent de Lamontjoie) le 22 juillet 1833. 

La famille de Mondenard de Roquelaure, issue des Montagu ne disparaissait pas pour autant, elle conservait sa branche de Bière à Laplume, ainsi que celle d'Autièges près de Fieux. Elle donna un député du Lot et Garonne sous la troisième République (canton de Francescas). Elle a toujours des représentants au XXIe siècle. Elle reste l'une des plus anciennes familles de Lamontjoie de Saint-Louis et de sa région.

Note: Ne pas confondre les Roquelaure de Lamontjoie de Saint-Louis qui appartiennent à la maison de Mondenard avec d'autres Roquelaure à côté d'Auch, même si l'un d'entre eux fut compagnon d'Henri IV et présent dans son carrosse sans pouvoir empêcher le geste funeste de Ravaillac. Citons pour éviter les confusions plusieurs mariages de demoiselles de Mondenard autour de Lamontjoie:

Estillac 1502 : Françoise de Mondenard et François de Lasseran-Massemcomme

Sainte-Colombe 1541 : Anne de Mondenard et Antoine de Montesquiou

Moncaut 1550 : Antoinette de Mondenard et Bertrand de Laurière

Fieux 1551 : Jeanne de Mondenard et Jean de Pujollé, seigneur de Fieux

Lasserre 1570 : Angélique de Mondenard de Roquelaure et François d’Esparbes de Lussan

Ampelle 1597 : Hélène de Mondenard de Roquelaure et Vidal de Montlezun

Dieuzaires 1664 : Anne de Mondenard de Roquelaure et Philippe de La Roche

Bière Laplume 1677 : Paule de Mondenard et Jean de Romas

Cassagne 1729 : Marie de Mondenard de Biere et Jean-François Dempte de Cassagne.

Brun 1745 : Françoise de Mondenard de Gaichot et Barthelemy du Gout