LE CHEF DE DIVISION DE LA MAIRIE  DE BORDEAUX ET IZAAC TOUSSAINT LOUVERTURE

VIII     J.-B. THEOPHILE DE MONDENARD DE ROQUELAURE naquit à Momprinblanc le 12 mai 1818 (67). Il fut chef de division à la mairie de Bordeaux et habitait, au 130 chemin du Tondu à Bordeaux. Il se maria à JEANNE MARIE GUISERIS, en famille EUGENIE, née le 20 septembre 1821 à Tarbes. On la trouve au nom dEUGENIE BAQUET dans le tombeau familial. Sur son acte de décès du 8 février 1889, il est rayé Baquet qui est le nom de sa mère MADELEINE BAQUET pour le remplacer par Guiseris (3E 305/311). Le mariage n’eut lieu qu’après le décès de la mère de Théophile, le 18 juin 1870 à Talence. Les mariés reconnaissent la naissance d’un fils Alcide, Thomas, Raoul à Bordeaux le 21 avril 1849, né de père et mère inconnus (67bis). Un jugement d'interdiction est rendu à l'encontre de Jean-Baptiste, le Chef de Division, le 6 mars 1876. Il est mort le 22 octobre 1878. 

 

Toussaint_Louverture

Le tombeau du cimetière de la Chartreuse à Bordeaux :Théophile et son beau frère Prosper Gragnon-Lacoste consul d’Haïti firent construire le tombeau familial dans le cimetière de la Chartreuse à Bordeaux (68).  L’arrêté de concession est du 2 juin 1864. Ils firent venir en novembre 1865 les cendres d’Etienne de Mondenard et de Guillemette Gragnon-Lacoste, puis ils transférèrent les restes en mars 1866 d’Izaac fils du Général Toussaint-Louverture qui étaient dans une tombe louée dans le même cimetière depuis sa mort en septembre 1854. Les inhumations dans le tombeau suivirent ensuite chaque décès : Jeanne de Verteuil, veuve d’Etienne de Mondenard en 1869, Henri Beauchet, parent des Gragnon-Lacoste en 1870, Marcel de Mondenard en 1876, Théophile de Mondenard en 1878. Puis les cendres de Louise Chancy veuve Louverture, décédée en 1871, furent transférées en septembre 1878 dans ce même tombeau. Par la suite ce sont les descendants d’Etienne de Mondenard qui furent les seuls propriétaires du caveau. Les beaux parents de Théophile s’y trouvent aussi. Théophile est décédé à 59 ans le 6 février 1878 paroisse St-Martin à Cadillac (69). Il fut inhumé à Bordeaux le 10 février 1878 dans le caveau familial qu’il avait fait construire au Cimetière de la Chartreuse. Eugénie Baquet fut inhumée à Bordeaux dans le caveau familial le 11 février 1889. Ils eurent un fils unique Alcide, Thomas, Raoul.

P1080316

P1080313

Vous aurez probablement du mal à repérer le tombeau car les anciennes inscriptions ont été recouvertes d'un badigeon couleur crème uniforme et sont devenues de ce fait peu lisibles. Seul le nom de Feuillerat présent depuis mai 1946 apparait distinctement. 

P1080314

Une plaque non fixée a été offerte par l'État de Saint-Domingue: "En hommage à TOUSSAINT-LOUVERTURE (1743-1803) héros de la première abolition de l'esclavage, révolutionnaire, libérateur de Saint-Domingue. Ici repose son fils ISAAC, mort à Bordeaux en 1854".

IX    ALCIDE THOMAS RAOUL DE MONDENARD est né de père et mère inconnus le 20 août 1849 à Bordeaux. L’accoucheuse, la veuve Roberdeau vint déclarer sa naissance. Ses parents furent probablement empêchés de se marier par ses grands parents paternels. Après le décès de ceux-ci le mariage put avoir lieu. Raoul avait déjà 21 ans et 3 mois et c’est seulement à l’occasion de ce mariage qu’il fut reconnu et légitimé et que son acte de naissance porta le nom de son père et de sa mère. Il eut une jeunesse perturbée par ce déni d’identité.

Raoul qui habitait rue Magot fit sa résidence à Talence, 10 rue Cantegrit. Il épousa  le 11 février 1875 à Bordeaux MARIE DUTERTRE fille de René Ernest Dutertre, entrepreneur de menuiserie et de MARIE FAURE. Raoul était voyageur de commerce.

Un observateur contemporain, Jean Durand, qui n’avait pas une haute estime de Raoul écrivit après 1922 qu’il était  « un peu dévoyé sur les bords, coureur de jupons. Le seul bien qui lui reste est sa maison du boulevard, mais elle est hypothéquée. Le comte mourra dans un asile près de Paris (Limeil-Brévannes) après avoir vendu son titre de Comte. » ?

Ils eurent deux enfants :

Marcel Gaspard de Mondenard né le 9 février 1876 à Bordeaux mais décédé deux jours après, pour le premier anniversaire de mariage de ses parents.

Marie Marguerite de Mondenard, née le 29 juillet 1879 à Artigues.

Raoul était souvent au chômage, souvent absent, couvert de dettes, son épouse est morte pour le 19e anniversaire de leur mariage. Leur fille n’avait que quatorze ans et demie. Elle fut prise en charge par la sœur de sa mère épouse Cuginaud. Sa tante Mathilde épouse de Prosper Gragnon-Lacoste déménage avec son mari à Talence au 5 rue de la Terrade pour se rapprocher d’elle et faire en sorte qu’elle ne manque de rien. Raoul s’en occupe aussi de temps en temps mais de moins en moins.

Sur la fin de sa vie Raoul est souvent absent, il n’assistera pas au mariage de sa fille. Il finira sa vie à l’hospice de Limeil-Brévannes. Il y était resté cinq ans et habitait avant d’y entrer en août 1917 au 125 avenue de Clichy à Paris, il vivait probablement à l’Hôtel qui se trouvait à cette adresse. Ce n’est pas impossible qu’il vendit son titre de Comte à un candidat à une carrière au Quai d'Orsay dans la diplomatie, vente qui en France n’a pourtant pas d’effet sur l’Etat civil. En effet, un faux Comte Cazes de Mondenard est apparu vers 1939 utilisant cet artifice pour progresser plus efficacement dans la carrière des ambassades. Raoul est mort à 73 ans, le 23 octobre 1922 à Limeil-Brévannes. Louis de Loménie était venu le voir une dernière fois.

LA DERNIÈRE DU NOM DE MONDENARD DES BRANCHES DU BORDELAIS

X - MARIE MARGUERITE DE MONDENARD, née le 29 juillet 1879 à Artigues et décédée le 18 mai 1965 à Bruges (Gironde) épousa le 23 janvier 1905 à Bordeaux ALEXANDRE FEUILLERAT,né à Margaux, le 29.9.1879.  Peu après leur mariage le jeune couple habita au Bouscat 29 chemin du Parc et au château Marquis de Terme à Margaux, puis ils furent propriétaires d’une exploitation agricole le Mas Forain à Vanxains en Dordogne où naquirent successivement leurs deux fils, Jean en 1907 et André en 1911. Ils revinrent ensuite au Bouscat en location, Alexandre était voyageur de commerce pour un chocolatier. Ils firent construire rue Marcel Sembat et y vécurent jusqu’à la mort d’Alexandre en 1946. Veuve, elle suivit son fils André à Pellegrue où il était électricien, puis, après la guerre il fit construire à Bruges une grande maison où elle avait sa chambre. Les descendants de Marie-Marguerite de Mondenard se nomment FEUILLERAT 1905, ARRAUD 1957, BENASSAT 1967,  CLASTRE 1971, FONTANGE 1988,...

_______________________

67 – Mairie de Monprimblanc 22.11.1816

67 bis – Mairie de Talence mariage 18/06/1870 n°10

68 – Caveau 29e, série n°68bis, côté Est

69 - Mairie de Cadillac  acte du 7.2.1878 n°15