LA FIN DES SEIGNEURS DE LA FORCE ISSUS DES SEIGNEURS DE PÉZELIN

V   LOUIS-JOSEPH DE MONDENARD DE ROQUELAURE, Écuyer, 2° fils d’Arnaud et de Thérèze de Voisin fut Seigneur de La Force. IL possédait une terre à Loupiac limitrophe de la terre de Pézelin à Monprimblanc qui porte encore le nom de La Force au XXIe siècle. Louis-Joseph est cité dans les « vœux et professions des Capucins de Cahors » entre 1736 et 1752 (82)

Il épousa le 25 septembre 1751 en l’église paroissiale de Mourens (83) MARIE COSTES, fille de Jean, Bourgeois de Bordeaux, Capitaine garde côte et de JEANNE BRUGÉ propriétaires à Mourens du domaine « Le Saintongeau » et de biens à Riet.

L’inventaire des terres de Louis-Joseph fut fait par l’arpenteur Girardeau entre 1753 et 1755 (84) sur ordre du comte de Benauge. Il possédait 33 journeaux, 4 lattes, principalement au hameau de Riet. Il est décédé dans sa maison de Mourens le 18 février 1782 et fut inhumé le lendemain (85).
Marie Costes lui avait donné deux enfants :

Pierre, qui sera le dernier seigneur de La Force

Catherine aura une descendance par son mariage avec François du Bois du Fresne.

On peut penser que les biens de Mourens faisaient déjà partie à la Révolution des propriétés des du Bois du Fresne ou qu’ils avaient été vendus car Pierre n’en était pas propriétaire.  Comme il était prêtre et qu’il refusa de prêter serment à la République, il émigra ou fut déporté et ce sont seulement ses biens de Loupiac et de Monprimblanc qui furent saisis (86)

L’ALLIANCE DU BOIS DU FRESNE  ET LE CHATEAU DE BEAUREGARD

VI    CATHERINE DE MONDENARD DE LAFORCE, naquit à Mourens en Benauges et fut baptisée le 7 février 1763 (87). Elle eut pour parrain Jean Costes. Elle est décédée à Targon le 20 décembre 1828 (88) âgée de 66 ans au Château de Beauregard à Montarouch. Elle avait épousé à Loupiac le 2 septembre 1788 FRANCOIS DU BOIS DU FRESNE (89) Garde du corps du Roi né à St-Jean de Blagnac le 25 février 1767 (90) et demeurant à Montarouch.

Il était le fils de noble Eymeric Du Bois du Fresne, mort le 20 avril 1774 (91) âgé de plus de 88 ans et de LOUISE-MARIE DE FISSON DE MONAVEAU, alliés en 1746 (92). Catherine eut pour témoins à son mariage : Guillaume de Mondenard, Pierre de Reignac et Philippe Lavau . François et Catherine eurent une postérité, on leur connaît deux enfants : Jean et Rose. Jean Dubois du Fresnes, né le 21 août 1793 (93) épousa à son tour Élisabeth Anneau, fille de feu Jean Anneau et de Marie Faux (94).

PRÊTRE CLANDESTIN ET DERNIER SEIGNEUR DE LAFORCE

VI    PIERRE DE MONDENARD DE LAFORCE naquit le 4 août 1752 et fut baptisé le lendemain (95). Il eut pour parrain son oncle Pierre de Mondenard et pour marraine Catherine Costes. Pierre s’engagea dans la prêtrise et reçut la tonsure en 1768 (96). Curé de Carcans en Médoc et primitif de Ste Hélène de l’Estang ou de Hourtain son annexe, il prête serment à la constitution civile du clergé le 5 décembre 1790. Il le confirme dans le journal du département de la Gironde le 14 mai 1791. Il est nommé par les électeurs du district de Cadillac à la cure de Monprimblanc le 25 septembre 1791. Puis pour motif de conscience, il se rétracte le 17 février 1792 et le confirme par sept lettres écrites au Maire et officiers municipaux de Monprimblanc, aux administrateurs du district de Cadillac, à l’évêque constitutionnel du département de la Gironde, M. Pacareau, aux Maire et officiers municipaux de Carcans, à nouveau à l’évêque constitutionnel Pacareau mais de façon plus critique, à deux prêtres à qui il demande de faire la plus grande publicité à sa rétractation et à Monseigneur de Cicé, archevêque légitime du diocèse.(97)  Il reçoit un passeport le 22 juillet 1792 et est déporté le surlendemain en Espagne. Il s’établit à Durango en Biscaye à 20 lieues de Bayonne. Ses biens de Loupiac furent saisis comme biens nationaux (98) de même que sa bibliothèque (99). Si les biens de Mourens ne furent pas saisis, c’est probablement qu’il n’en était plus propriétaire.  La vigne du Haut-Monprimblanc ainsi que les terres de Laforce furent mises en vente aux enchères en juin 1792. La vigne et les terres de Laforce de 3 journeaux étaient estimées 1000 livres elles furent adjugées 4100 livres au citoyen Bernède. Les trois pièces de taillis de 2 journeaux 10 lattes étaient estimées 360 livres, elles furent adjugées 1300 livres au citoyen Dejean de Loupiac. Dans les archives du fonds de Verteuil aux archives municipales de Bordeaux déposées par Prosper Gragnon Lacoste on trouve une note concernant le remboursement par l’Etat aux héritiers de Pierre de Mondenard de Laforce.

«  M . de Mondenard prêtres émigré, pièce de vigne – revenu 170£, maison, emplacement 4182 £, Pièce de terre à Laforce 1394 £. L’indemnité portera sur 5746£. »

Il entre clandestinement en France et sous la terreur, il se cache dans une maison abandonnée du quartier Marcadiou à Saint-Macaire tout en desservant une petite communauté de fidèles de la paroisse de Saint-Maixent (100). En octobre 1795 il revient à Durango pour écrire une lettre le 14 janvier 1796 au Procureur général syndic qui est en même temps une vibrante adhésion aux idées de la République et un exposé de ses convictions catholiques inséparables de son allégeance à Rome. Il demande, après la chute de Robespierre, d’être autorisé à rentrer en France. La réponse sera positive. Lors du concordat, il fut désigné pour la cure de St-Christoly en Médoc et de là, à celle de Latresne où il mourut le 8 janvier 1812.

_________________

 82 – A. D. Lot : H 2

83 – A. D. Gironde E Suppl. 3575 GG10 ET 4 E 3453

84 – A. D. Gironde E Suppl. 3564 CC1 f° 154 – 155

85 – A. D. Gironde E Suppl. 4 E 3453 et E Suppl. 3578 GG 13

86 – Marion La vente des biens nationaux

87 – A. D. Gironde E Suppl. 3576 GG 11 et 4 E 3453

88 – Mairie de Targon

89 – A. D. Gironde Loupiac 4 E 3347   

90 – A. D. Gironde Loupiac 1 Mi 1330 GG8

91 – A. D. Gironde 1 Mi 1331 GG9

92 – A. D. Gironde 4 E 3964 ( 18.4.1746 St-Jean de Montarouch

93 – A. D. Gironde 4 E 3968 Targon

94 – Roustaing, notaire à Targon, contrat de mariage du 5.12.1816

95 – A. D. Gironde E Suppl. 3575 GG10

96 – A. D. Gironde G 548

97 – Bibliothèque municipale de Bordeaux D 74052 : Lettres de rétractation de serment de l’Abbé de Mondenard.

98 - Maurice Marion . La vente des biens nationaux

99 – B. M. de Bordeaux Mss 851 couverture du registre 10 pp 187-188. +  Mss 840 p. 49

100 – D.-A. Virac Recherches historiques sur le ville de Saint-Macaire  page 330 Ed. Feret et fils Bordeaux 1890.