20 - Le Seigneur de Mondenard attaque l’évêque de Cahors ( été 1262)
L’évêque de Cahors avait échangé au début de l’année 1262, les droits qu’il avait sur les dîmes de la paroisse de Cazes contre ceux que détenaient les seigneurs de Mondenard dans la paroisse d’Albas près de Cahors. Cette transaction à l’amiable illustre les bonnes relations qui régnaient entre le chevalier de Mondenard et son évêque au début de l’année.
Dans l’été 1262, Armand de Mondenard dirige, assisté de son jeune frère Sicart de Montaigu, une bande armée de bâtons et composée de nobles des environs, de moines et de personnels de l’abbaye de Moissac. Ils interceptent Barthelemy de Roux, évêque de Cahors qui se rendait à l’abbaye de Moissac sans avoir été invité. L’évêque s’était fait accompagner d’une petite troupe et d’un sergent du Roi de France précédé de l’oriflamme royale (d’azur semée de fleurs de lys). Les deux frères mènent l’attaque à main armée et mettent le prélat en déroute avec son équipage. Armand n’avait aucun intérêt personnel à mettre l’évêque en fuite. En revanche son frère Bertrand de Montaigu, abbé de Moissac, intraitable sur les prérogatives de son ordre monastique qui dépendait directement du Pape de Rome, ne voulait pas qu’un évêque s’immisce dans le fonctionnement d’une abbaye de l’Ordre de Cluny. Bertrand avait eu un différend semblable avec le même évêque du temps où il était abbé de Figeac. Le conflit avait dégénéré, un compromis avait été trouvé non sans difficulté. L’évêque probablement insatisfait, était revenu à la charge à Moissac, mais avec d’autres atouts.
Voir sur cet incident un article étayé par des lettres d'Alphonse, comte de Toulouse à son frère le roi Saint-Louis et leurs réponses dans le Bulletin de la Société archéologique du Tarn & Garonne, Tome 121, année1996, pages 163 à179.