13 - Mondenard, le château le plus puissant du Bas-Quercy.
L’historien Henri Guilhamon, dans son livre sur La maison de Durfort, qualifie le château de Mondenard situé face à Cazes, sur l’autre rive de la Barguelonne, de “ plus puissant château du Bas-Quercy. ” C’est au milieu du XIIIe siècle que ce premier rang parmi les places fortes de la région lui convient le mieux. Le château avait été partiellement reconstruit après les destructions de 1214 par l’armée de Simon de Montfort. Ses propriétaires le fortifièrent et il suscita l’intérêt du Comte de Toulouse. Après le traité de Paris la position du château de Mondenard devint une position stratégique de premier plan entre Moissac et Cahors.
Plusieurs grandes familles du Quercy avaient des parts du château. Outre la famille de Mondenard il y avait les Gourdon, les Montaigu, les Durfort, les Castagnier, les Creissac de Luzech. A la suite de mariages dont les dots étaient garanties sur des parts de château, la forteresse de Mondenard était devenue une copropriété seigneuriale. La plupart des copropriétaires s’accommodaient de garder le château en indivision.
Bertrand de Durfort avait déjà donné en 1205 à Raymond VI, Comte de Toulouse ce qu’il possédait à Mondenard et qui lui venait de son aïeule Onors. Géraud de Gourdon fit de même en 1230 et donna à Raymond VII tout ce qu’il possédait à Mondenard et dans le voisinage, c’est à dire à Montcuq et Sauveterre. A l’inverse, la famille de Montaigut ou Montagu (Monte Acuto) avait augmenté ses parts à Mondenard par le mariage de Vital de Montaigut avec Hermengarde de Mondenard. Celle-ci apporta en plus dans sa dot les terres de Montbouzat et de Montcavrel.
Ce qui reste du château de Mondenard au XXIe siècle, en particulier la salle basse de la partie la plus ancienne remonterait au XIIIe siècle. Certains historiens donnent la date de1232 pour le début de sa reconstruction.