10 - La Croisade du Roi de France en échec à Castelsarrasin (1226-1229)
Après la mort de Simon de Montfort, le catharisme se développe comme jamais auparavant. Le 14 mai 1222, le Pape Honorius III demande au Roi de France, Philippe Auguste d’accepter la donation d’Amaury de Montfort et de se croiser. Philippe Auguste ne donne pas suite, mais son fils, le futur Louis VIII avait d’autres ambitions et après la mort de son père fixe ses conditions au pape en février 1224. Honorius III ne peut les accepter et suspend le lancement de la Croisade, Raymond VII profite de cette hésitation pour tenter sa réhabilitation par l’Eglise et gagner la confiance du roi de France. Il propose de rendre plusieurs châteaux qu’il n’avait pas encore cédés, en particulier celui de Montcuq près de Mondenard. Mais en novembre 1225 c’est l’échec du concile de Bourges. Raymond VII comprend que le Pape de Rome et le Roi de France s’étaient entendus pour le déposséder.
En janvier 1226, Louis VIII décide de marcher sur Toulouse et Raymond VII est excommunié. Un grand nombre de vassaux de Raymond VII envoient leur soumission par écrit au Roi de France, d’autres se soumettent de manière plus démonstrative en prêtant serment devant leur évêque. Est-ce que les Seigneurs de Mondenard furent du nombre ? Sur leur attitude, les documents manquent, mais on a la preuve qu’un de leurs proches, leur cousin Bertrand de Gourdon, fit sa soumission au Roi en mars ou en avril 1226.
Grâce à la longue résistance de la Ville d’Avignon Louis VIII ne franchit le Rhône avec son armée qu’en septembre 1226. Fatigué de cette expédition interminable, le roi de France prit le chemin du retour par Albi où il laissa le commandement de la Croisade à son cousin Humbert de Beaujeu. Louis VIII mourut quelques jours plus tard le 8 novembre, laissant pour successeur un fils de 13 ans et une veuve. L’enfant devint Louis IX et Blanche de Castille prit les fonctions de Régente du royaume.
La mort du Roi de France déclencha la guerre dans le Comté de Toulouse. La Croisade sans le Roi de France n’impressionnait plus les chevaliers occitans. Raymond VII se mit en campagne et reprit plusieurs villes au Sud et à l’Est de Toulouse. Puis il marcha sur Castelsarrasin au printemps 1228. Il réussit à entrer dans l’enceinte fortifiée de la ville grâce aux nombreux partisans acquis à sa cause et en particulier la famille de Pons Grimoard, son sénéchal (Doat XXI, 1-88). On ignore si les chevaliers de Mondenard participèrent à la prise de Castesarrasin aux côtés du Comte, mais on sait qu’ils étaient des amis proches de la famille de Grimoard. Les hommes de Cazes-Mondenard ont pu participer au combat. Après la prise de la ville Raymond VII fit le siège du donjon où s’était réfugiée la garnison royale. Les fortifications qu’édifièrent les quercynois tout autour de la ville dissuadèrent Humbert de Beaujeu et ses Croisés de tenter de délivrer le donjon. La garnison royale privée de vivres et de secours, se rendit à Raymond VII. Humbert de Beaujeu changea de tactique et employa ses Croisés à détruire les récoltes autour de Toulouse pour affamer les populations.